Interview de NokomisM blogeuse et autrice

Peut-être que vous aussi vous vous êtes imaginé être écrivain à succès. Cependant réussir à écrire son premier roman, sa première nouvelle, son premier recueil ne suffit pas pour atteindre ce rêve. Dans un article précédent, je vous proposais des pistes réflexions sur comment se faire connaître. Aujourd’hui je vous amène à la rencontre de NokomisM une blogueuse littéraire qui a déjà publié plusieurs nouvelles.

Tu as déjà à ton actif plusieurs nouvelles, peux-tu présenter au lecteur ton univers ?

J’écris des textes qui appartiennent essentiellement au genre du fantastique, j’aime beaucoup questionner le réel et m’intéresser aux choses qui posent des interrogations, revisitent les frontières… Tous les mystères inexpliqués de notre monde me fascinent, et j’aime bien l’idée de montrer, à travers ce que j’écris, que l’être humain est loin d’avoir toutes les réponses…

Je m’intéresse aussi à l’anticipation, qui permet de réfléchir sur notre société et d’en dénoncer les travers. C’est un genre que j’aime bien explorer pour donner mon point de vue.

Par ailleurs j’ai beaucoup de respect pour la nature et les animaux et je suis passionnée par les oiseaux, sur lesquels je fais actuellement une thèse. Ils sont donc très présents dans mes textes.

En tant que blogueuse littéraire, tu as dû lire pas mal de roman. Est-ce qu’il y a des auteurs qui t’inspirent ?

Il y a certains auteurs que j’admire, mais il serait présomptueux de dire qu’ils m’ont inspirée et je ne me compare pas du tout à eux… Je pense notamment à :

  • Mélanie Fazy car j’adore son style et sa façon d’aborder le fantastique (en général même à la fin de ses nouvelles, tu ne sais pas trop si tu dois y croire ou non…)
  • Sire Cédric, qui écrit le même genre de fantastique : je dévore ses thrillers, même si je trouve que parfois il se laisse aller à la facilité au niveau du style alors qu’il est vraiment capable de faire de très jolies phrases
  • Edgar Alan Poe pour son style magnifique et son fantastique fascinant
  • Albert Camus car c’est un peu mon idéal stylistique : très simple et en même temps très bien écrit, sans facilités ni stéréotypes. Ce n’est pas évident, mais ce vers quoi j’essaye de tendre !
  • Le matin des magiciens de Jacques Bergier et Louis Pauwels : un livre que j’ai trouvé passionnant et qui remet en perspectives un certain nombre de faits qu’on prend pour acquis.

nokomis2
Aperçu du blog de Nokomis

Certains c’est en silence, d’autre avec de la musique, de quoi as-tu besoin pour écrire ?

Pas forcément dans le calme étrangement. J’ai besoin d’animation et de bruit, bref de vie ! Éventuellement je mets la télévision, si je suis vraiment toute seule. Sinon avec ma famille autour, ou mon perroquet pas loin.

Tu as évoqué plus tôt l’importance des oiseaux dans ton œuvre, est-ce que ton perroquet est présent ?

Il n’est pas présent dans ce que j’écris à proprement parler, mais je m’inspire de lui, de son caractère, ses attitudes et ses comportements pour mes personnages à plumes !

J’aimerais aussi beaucoup écrire sur mon expérience avec les oiseaux et faire de la vulgarisation scientifique sur leur intelligence, car ils sont souvent vus comme des animaux assez stupides (on parle de cervelles d’oiseaux, de têtes de linottes, d’oies ou de dindes, de perroquets qui répètent bêtement…) alors qu’en réalité ils sont absolument fascinants et certains sont même aussi futés que les grands singes !

Tu as réussit à te faire publier, quelles sont les démarches que tu as dû faire ?

J’ai répondu à ce qu’on appel des « appels à texte ». La première fois, c’était pour les éditions de La Volte, et mon texte n’a pas été pris. La deuxième fois, j’ai envoyé trois nouvelles aux éditions Malpertuis… et ça a marché ! Thomas Bauduret, l’éditeur, m’a demandé d’en retravailler une, et il l’a prise. J’étais super contente ! Pendant quelques années je n’ai plus envoyé grand chose, essentiellement par manque de temps, avant de retenter ma chance. Aujourd’hui, même si mes textes ne sont pas toujours sélectionnés (c’est le jeu!) quand il y a deux tours, je passe toujours le premier. C’est plutôt rassurant car j’ai toujours tendance à penser que je suis publiée sur un coup de bol…

Mais en fait, je ne publie pas beaucoup par rapport à ce que j’écris : je soumets très peu, par flemme ou par manque de temps. Je dois avoir 8 romans qui dorment dans mes tiroirs et au final j’en ai envoyé un seul à trois ou quatre éditeurs… Mais je me motive régulièrement pour m’y mettre sérieusement !

Tu as gagné le prix Masterton, comment est-ce que cela s’est passé ?

En fait je n’ai pas gagné ce prix de façon individuelle, c’est une anthologie dans laquelle j’ai publié une nouvelle qui l’a remporté (Vampire des origines, dans lequel j’ai écris La femme). En fait, je n’étais même pas au courant qu’on était en lice ! J’ai juste reçu un mail de Marc Bailly, l’éditeur, pour nous dire qu’on avait gagné ! C’était super bizarre… J’ai gardé les mails des auteurs qui se félicitaient les uns les autres !

Est-ce que tu as eu des déboires par rapport aux maisons d’éditions ?

La plupart du temps non. Mais une fois j’ai eu vraiment du mal (je ne dirai pas avec qui) : c’est une maison d’édition qui avait accepté mon texte pour une anthologie, et lors des corrections ils se sont amusés à compter le nombre de « que » et de « qui » pour me dire qu’il y en avait trop ! Toute phrase de plus de 3 lignes était automatiquement taxée de « trop longue », bref on sentait que ce n’était pas un vrai boulot d’éditeur, comme s’ils avaient des règles ultra rigides et que par exemple au delà de tant de « que » dans le texte, ils te demandaient automatiquement de retravailler… Pour moi, on ne peut pas réduire l’écriture à ça.

Si tu avais un conseil à donner à quelqu’un qui voudrait se faire publier, lequel serait-ce ?

Rester humble et toujours écouter les conseils des éditeurs ! Je trouve que trop d’auteurs en herbe se prennent pour des écrivains ratés dès qu’ils se voient refuser un texte et n’écoutent pas les conseils parce qu’ils pensent que ce qu’ils ont fait est parfait. Je pense au contraire qu’il faut être patient et écouter ces conseils, car ils peuvent vraiment permettre de progresser !

Je te remercie de m’avoir accordé ton temps pour cette interview, as-tu un dernier mot pour la fin ?

Merci à toi d’avoir pris le temps de me poser ces quelques questions:) !

logos

Publicités

Un commentaire sur « Interview de NokomisM blogeuse et autrice »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s