Le mari de mon frère

Date de publication : 08/09/16mari-frere-1
Auteur : Gengoroh Tagame
Genre : Manga, LGBT
Edition : Akata
Format : Manga
Nombre de pages : 200

Je continue mon défi sur la littérature LGBTAIQ et ce mois-ci je vous propose de découvrir une série de mangas toute mignonne et tellement parfaite : Le mari de mon frère. Je n’ai jamais parlé de manga jusque là sur HNB, pourtant je les adore ! Tous les mois, une grosse partie de mon budget littéraire part dans les mangas. Normalement, je vous parle uniquement du premier tome dans le cadre d’une série. Pour les mangas, je trouve que je peux vraiment juger qu’à partir du second tome. Je vais donc parler des trois tomes qui sont sortis en France, tout en faisant attention de ne pas vous spoiler le récit.

Yaichi avait un frère jumeau qui déménagea au Canada. Et puis son frère décéda, laissant derrière lui un mari, Mike. Décidant de partir à la découverte du pays de son mari et de sa belle-famille, Mike va débarquer dans la vie de Yaichi et de sa fille Kana. Grâce à Kana, Yaichi va se retrouver contraint d’héberger Mike. En plus de découvrir son beau-frère, il va découvrir la réalité de l’homosexualité.

Cette série est un véritable coup de cœur. Au début, Yaichi est très réticent vis-à-vis de Mike. On a accès à ses pensées et on comprend rapidement qu’il est homophobe. Cependant, il reste toujours très poli vis-à-vis de ce beau-frère qui semble au début différent. Toutefois, rapidement Yaichi va découvrir qu’être homosexuel ne change rien. Cela ne fait pas de Mike un prédateur sexuel, ni une personne différente de quelqu’un hétérosexuel. Il va aussi découvrir à quel point l’homosexualité peut être mal perçue et va même s’en offusquer ! J’ai été fascinée par l’évolution de ce personnage qui se fait tout en douceur. D’homophobe, il va peu à peu se rendre compte de lui-même que certaines de ses réactions ou pensées sont ridicules. Il va même envisager l’idée qu’un jour sa fille pourra se révéler être lesbienne ! Une pensée qui ne lui aurait même pas traversé l’esprit au début du tout premier tome. Toutes les facettes de l’homosexualité sont traitées dans ces trois tomes. Les réactions homophobes, ceux qui ont peur de le révéler, ceux qui l’assument complètement, etc. Cela permet aussi de voir un peu comment est vue l’homosexualité au Japon.

Ce que j’aime dans cette série c’est le traitement différent de l’homosexualité. Les seuls mangas où j’ai pu voir des relations homosexuelles sont des yuris ou des yaois. Du coup, on tombe très rapidement dans des histoires sexuelles. Là c’est avant tout une série sur l’histoire d’une famille. Cela me change complètement de ce dont j’ai l’habitude et j’en suis plus que ravie. Petit bonus super sympa, l’auteur présente la culture gay entre deux chapitres. Cela permet de découvrir les symboles, drapeaux, etc.

Vais-je aimer ce manga ?

J’aurais tendance à conseiller ce manga à tout le monde. Les dessins sont magnifiques et il n’y a pas de dessins déformés qui pourraient surprendre les lecteurs qui n’ont pas l’habitude des mangas. Le seul point qui pourrait vous poser problème c’est la lecture à l’envers. On lit le manga de droite à gauche. Ce qui est un coup à prendre quand on n’a pas l’habitude. Je me souviens de mes premiers mangas où je galérais un peu avec le sens ! Cette série est une vraie perle, elle n’a aucun défaut ! Du coup, n’hésitez pas et foncez !

Publicités

5 commentaires sur « Le mari de mon frère »

    1. Le manga ne donne pas l’impression comme ça, mais on trouve de plus en plus sur le marché français des mangas prônant des valeurs et des idées très intéressantes. L’année dernière était sorti un diptyque qui traitait de la censure. Je ne me souviens plus de titre par contre. Si au début de ses parutions en France, on était sur Naruto, Dragon Ball, etc. maintenant on a pleins de titres très très cool. Il y en a même qui reprennent les classiques ! En ce moment je sais que les Misérables sont en train de sortir en version manga. Je ne les ais pas lu, je ne sais donc pas ce que ça vaut, mais je trouve que c’est une approche super intéressante de la littérature classique.

      Aimé par 1 personne

      1. Ce n’est même pas que j’avais une fausse impression des mangas mais bien que je ne m’étais jamais interrogée sur l’univers du manga (disons que le côté « illustré » dirons-nous, à défaut de dire mieux, ne m’attire pas). Du coup ton article me paraît très intéressant et m’ouvre un peu les yeux. Concernant l’adaptation des classiques, je ne peux que m’en réjouir car cela touchera certainement du monde (pas tout le monde a envie de se farcir 500 pages d’écriture microscopique, je le conçois) et ce sera un formidable vecteur de culture!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s