L’autrice du mois : Jupiter Phaeton

Ce mois-ci, je te propose de découvrir une autrice autoéditée : Jupiter Phaeton ! Elle a décidé que l’écriture devait être plus qu’un passe-temps du week-end et a quitté son travail pour écrire à plein temps. Sur son blog, elle raconte son quotidien d’autrice autoéditée depuis qu’elle s’est lancée à aujourd’hui : ses erreurs, ses réussites, ses revenus, etc. Elle partage l’ensemble de son expérience pour te faire découvrir l’envers du décor. Elle est l’autrice de sept romans young adult fantasy publiés sur amazon, tous ont entre 4,5 et 5 étoiles sur 5 sur Amazon, ce qui montre que c’est une autrice appréciée. Si elle tu la verras pas dans les salons littéraires, elle adore rencontrer ses lecteurs à l’occasion dans un Starbucks ! Pour ma part, j’ai échangé avec elle sur messenger et elle a eu la gentillesse de se prêter au jeu de l’interview.

Première question, comment est-ce que tu te désignes autrice, auteure, auteur ?

J’utilise les trois ! Avant je n’utilisais que le masculin, mais plein de gens pensaient que j’étais un homme (parce que Jupiter c’est unisexe) du coup j’ai commencé à me mettre à « autrice », « auteur », mais je trouve que ça sonne moins bien. Et toi ? Tu utilises quel terme ?

J’utilise le terme autrice le plus souvent, car c’est celui qui est le plus juste historiquement. [Note de Babitty – un article sur le sujet est sur le blog] jusqu’à ce que l’Académie française décide de bannir ce nom et d’autres nom de métiers féminins (poétesse, etc.), mais après j’applique selon comment la personne se désigne. Et ce que tu racontes montre qu’il est nécessaire de réhabiliter autrice je trouve ! D’ailleurs, d’où viens ton pseudo ?

Aaah mon pseudo c’est parce que j’adoooore l’espace et j’ai une affection particulière pour la planète Jupiter. La deuxième partie de mon pseudo « Phaeton » veut aussi dire Jupiter. Les Grecs désignaient ainsi la planète dans le ciel il y a bien longtemps.

En quoi cette planète est particulière pour toi ?

À cause de ses lunes, du système jovien, de ses orages, du fait qu’elle rétrécisse… OK je m’arrête là sinon je vais refaire une névrose internet sur le sujet 😂 Et les astéroïdes troyens… Et OK ok j’arrête. 😂.

C’est vrai que sur ton blog tu parles de tes nombreuses recherches ! D’ailleurs, comment est-ce que l’idée de ce blog t’es venue ? Parce que déjà tu te lançais comme auteur/autrice à plein temps et en plus un blog ?

Exactement. J’ai publié mon premier roman et dans les heures qui ont suivi la publication j’ai fait une névrose internet sur l’auto-édition. Il y a peu d’auteurs qui en parlent, j’ai trouvé quelques informations (qui me montraient que j’avais tout fait à l’envers 😂 quelle idée de chercher après-coup, hein ?), mais pas beaucoup. Je me suis dit que c’était une aventure qui valait la peine d’être racontée pour partager mon expérience à d’autres qui, comme moi, ont cherché ou cherchent des infos sur l’auto-édition. Je voulais (et je veux toujours) leur donner de la motivation, des chiffres, des astuces et un exemple qui leur montre que c’est faisable et qu’il ne faut pas se décourager.

Je trouve ça vraiment génial comme initiative et même si je n’ai pas l’intention de publier, je trouve tes articles passionnants. Tu donnes la parole aussi à d’autres auteurs et autrices pour qu’ils parlent à leur tour de leur expérience, à ce que j’ai compris, c’est un projet pour toi ? Comment est-ce que tu les choisis, leur proposes, se passent les interviews ?

Je suis en train de terminer la quarantaine d’interviews que j’ai entamés pour les auteurs. Je me disais que je n’étais pas la seule à être autoéditée et que les autres avaient certainement une expérience à partager eux aussi. C’est pour ça que je me suis lancée dans les interviews. Maintenant qu’elles touchent à leur fin, je vais changer de mode : les auteurs auront toujours la parole, mais pas sous forme d’interview, ils pourront rédiger un article de leur choix (avec leur nom bien sûr) sur un sujet en lien avec le développement personnel, le monde du livre ou le partage d’expérience. Je choisis ceux qui acceptent de me répondre 😂 et ceux qui ont quelque chose de particulier. Après je ne suis pas difficile car je pense qu’on a tous un petit quelque chose d’unique qu’on peut partager aux autres. Je creuse jusqu’à trouver ce petit quelque chose. 🙂

C’est une super mentalité ! Et est-ce que tu as un article préféré sur ton blog ? Ou bien un article en particulier à conseiller ?

Merci pour le « génial » hihihi, mais ce sont les autres auteurs qui ont accepté de participer qui sont géniaux. Ils donnent de leur temps pour partager leur expérience et ça c’est super ! Je crois que mon préféré c’est celui sur ma folie 😂 il s’intitule « qui suis-je ? (une névrosée des recherches internet)« . J’ai beaucoup ri en l’écrivant.

Haha, c’est vrai qu’il est fun ! Je te propose maintenant de parler de tes romans ! Tu as publié de la fantasy young adult jusque là, est-ce que tu aimerais essayer un autre genre ?

Je vais bientôt publier une romance fantasy young adult, mais pour l’instant je compte rester dans la fantasy.

Tu profites de ton défi d’écrire un roman par mois pour te lancer dans une nouvelle série ? D’ailleurs est-ce que tu as un plan d’action pour faire face à ce gros projet ou tu comptes te lancer voir ce que cela donne ?

Eh bien le projet a commencé en janvier dernier, je suis en train de finir mon sixième roman de l’année, le quatrième a été publié vers le 20 avril (il y a du décalage entre ce que j’écris et ce qui est publié à l’instant T en raison du temps nécessaire à la correction). Donc je crois que je suis bien partie ! J’écris 5 000 mots par jour au minimum, généralement le matin. Comme je suis en train de mettre le point final à deux de mes trois séries, je vais effectivement me lancer dans une nouvelle série qui sera publiée en août.

Et tu peux révéler de quoi va parler cette nouvelle série ou tu veux garder le secret ?

C’est encore un secret, mais principalement parce que je n’ai validé ma propre trame pour l’instant et que ce que je pourrais te dire aujourd’hui va certainement être amené à changer d’ici août !

J’ai hâte de savoir ce qu’il en est ! J’ai aussi vu que tu étais en train de traduire un de tes romans vers l’italien, pourquoi choisir cette langue et non pas l’anglais dont le marché est plus important ?

J’ai envie de faire mes premières erreurs sur des marchés plus petits. L’Italie est un gros marché de la fantasy, c’est aussi un marché bien plus petit que le monde anglophone. Du coup, je préfère tenter ma chance sur des petits marchés, pour apprendre de mes erreurs (je ne sais pas encore lesquelles je vais faire, mais je le saurais quand elles seront là hihihi), apprendre aussi quels sont les leviers de promotion à ma disposition, que faire avec les réseaux sociaux maintenant que je suis bientôt sur deux marchés ? Faut-il s’exprimer en deux langues différentes ? Donc je commence par l’italien, la traduction est d’ailleurs terminée, elle est partie dans les mains de la correctrice italienne et le roman sera publié en juin. Ensuite je testerai le marché allemand (très gros marché de la fantasy aussi, plus gros marché que la France et en plus un marché plus numérique que la France, donc c’est une bonne étape avant le marché anglophone) et début 2020 je me mettrai sur le marché .com et .co.uk ! Une sacrée aventure qui débute… ! Je préfère commencer plus petit, fortifier mes connaissances et arriver sur le marché anglais avec de l’expérience.

Eh bien ! Tu as une sacrée stratégie ! Entre la traduction d’un tes romans et la version audiobook sur laquelle tu travailles, on dirait que rien ne t’arrête ! Est-ce qu’il y a un projet que tu as dans le viseur, mais que tu ne te sens pas prête encore pour te lancer dedans ?

Non pas encore de projets où je ne me sens pas prête. En fait, ma stratégie c’est surtout de prendre les gros projets, de les découper en tous petits tronçons bien plus accessibles et de m’attaquer à chaque tronçon. D’un seul coup, tout devient possible quand c’est comme ça. Ah mais si ! Il y a un projet, mais c’est plutôt un rêve : voir l’un de mes livres adapté au cinéma un jour (oui je sais c’est beau de rêver !)

Tu as raison de voir grand ! Un dernier mot pour conclure cette interview ?

Merci à toi pour ton temps, ta patience, tes questions et ta curiosité. Tes interviews sont creusées et c’est très agréable d’y répondre.

Et puis un petit mot pour nos amis auteurs qui nous lisent : soyez déterminés !

Merci à toi de t’être prêtée à cette interview et je te souhaite une belle continuation dans le monde de l’écriture.

J’espère que cet échange t’a intéressé, n’hésite pas à me dire si ce genre de format t’intéresse. J’ai pris beaucoup de plaisir à discuter avec Jupiter, tout autant que j’en ai à suivre son blog ! Je t’invite vraiment à suivre son aventure ou à lire ses romans.

Son blog : https://jupiterphaeton.com/

Ses romans : https://www.amazon.fr/l/B07H1TGR2H?_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&ref_=dp_byline_cont_ebooks_1&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true

Une réflexion sur “L’autrice du mois : Jupiter Phaeton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s