La petite sirène, quand Disney plonge sous l’océan

arielPeu après m’être lancée dans la série des adaptations Disney, j’avais demandé sur instagram quel film pouvait intéresser et la Petite sirène est revenue plusieurs fois. Cet article devait sortir après deux autres articles sur les adaptations littéraires par Disney, mais au vu de l’actualité je me dis que c’est le bon moment de te le présenter. En ce moment, le choix de l’actrice Halle Bailey fait polémique. Personnellement, je la trouve juste sublime et quand elle chante j’ai des étoiles dans les yeux. J’ai vraiment hâte de voir l’adaptation en live action ! Et pour tout ceux qui disent : nyan, nyan la petite sirène est rousse. Dans la version dessin animé de Disney peut-être, dans le conte on n’a aucune description physique. Elle n’a même pas de nom ! J’en dis pas plus et laisse moi te faire découvrir ou redécouvrir le conte original. Les deux personnages étaient à la fois semblables et bien différents, j’appellerai la petite sirène, le personnage du conte et Ariel, le personnage de Disney pour mieux les comparer.

Sais-tu pourquoi la petite sirène se nomme ainsi ? Et bien parce que dans le conte elle est la plus jeune des six princesses de la mer, voilà tout ! Dans le conte, aucun personnage n’a de nom, chacun représente une fonction et un rôle dans le personnage. Si Andersen nous propose quelques traits de caractère en quelques mots pour chacun des personnages, c’est pour mieux les renforcer dans leur rôle. Disney va proposer des personnages avec des noms, des relations, des caractéristiques propres à chacun. On a vraiment des personnages et non plus simplement des fonctions. Ce qui va amener à quelques modifications du récit d’Andersen. Le jour du quinzième anniversaire, les sirènes peuvent se rendre à la surface pour voir le monde des humains. Les unes après les autres, elles vont s’y rendre et si au début ce nouveau monde leur semble fascinant, rapidement elles s’en lassent. Notre petite sirène est très curieuse de découvrir le monde à l’instar de ses sœurs et le jour de ses 15 ans avec la bénédiction de sa famille. Dire que notre pauvre Ariel subit le courroux de son père quand il découvre qu’elle ose s’intéresser au monde des humains…

Avant de se rendre le monde des humains, la petite sirène doit être parée. Elle porte une lourde couronne et des grandes huîtres sont attachées à sa queue. La petite sirène doit souffrir pour être belle et tout au long du conte elle ne va pas cesser de souffrir physiquement, mais je reviens sur ce point plus tard. La petite sirène et Ariel assistent toutes deux à une fête sur un bateau où le prince danse et d’où des deux d’artifice sont tirées et toutes deux vont sauver le beau prince. Si Ariel s’enfuit par peur du chien du prince Éric (eh oui, il a un nom), notre petite sirène elle s’enfuit, car des personnes arrivent et notamment une princesse d’un royaume voisin. Le prince pensera être sauvé par cette princesse. C’est la plus grosse modification entre le conte et Disney. Dans notre conte la sorcière s’en fout un peu de la petite sirène, elle n’hésite pas à lui dire qu’elle est stupide et qu’elle va vers son malheur. On est pas dans un désir de vengeance comme Ursula. Néanmoins, c’est très intelligent de faire intervenir Vanessa comme remplaçante de la princesse humaine. Tout comme Vanessa qui arrive alors qu’Ariel se rapproche d’Éric, il suffit que la princesse humaine du royaume voisin arrive pour que le prince oublie direct la petite sirène.

Si dans le Disney tout se termine bien, c’est loin d’être le cas dans le conte et c’est ce qui me fait revenir à la souffrance physique que subit la petite sirène. Afin d’obtenir des jambes humaines, cette dernière doit donner sa voix à la sorcière, la plus belle du royaume des mers, et ce n’est pas en poussant la chansonnette. Elle se coupe la langue. Ouais, Disney a bien fait de zapper cette partie. Et les malheurs ne font que continuer, la transformation est douloureuse et chacun de ses pas est comme si elle marchait sur des pointes d’épingle et elle a les pieds en sang. Vraiment en sang. Genre moi à sa place je ne pose plus jamais un pied-à-terre. Pourtant la petite sirène est prête à se sacrifice. Elle a une démarche gracieuse, de magnifiques jambes, mais pour elle la beauté humaine est une souffrance physique terrible. Ses sœurs vont, elles aussi, souffrir, afin de sauver la petite sirène et changeait les termes du contrat, elles sacrifient leur chevelure. Cela semble être un acte anodin, mais connais-tu les femmes tondues ? À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les femmes a qui l’on reproche d’avoir collaboré avec les Allemands se font tondre publiquement. Si aujourd’hui une femme peut avoir un crâne rasé sans que cela choque, pendant longtemps dans la société occidentale, tondre les cheveux d’une femme était une manière de l’humilier. Dans le film Disney, la beauté est quelque chose d’agréable, tendit que dans le conte elle porte le poids des traditions, elle est douloureuse et impose à la femme de faire des sacrifices.

La petite sirène ne se sacrifie pas uniquement au nom de la beauté. Si Ariel épouse finalement le prince Éric et connaît sa fin heureuse, ce n’est pas le cas de notre héroïne de conte. Si elle tue le prince, elle aura le droit de redevenir une sirène, sinon quoi elle sera transformée en écume, car les sirènes n’ont pas d’âme. Elle choisit de se sacrifier et devient non pas écume, mais fille de l’air. Des êtres qui au bout de trois cents ans de bonnes actions peuvent acquérir une âme immortelle et rejoindre le paradis. Leurs statuts se rapprochent un peu du purgatoire chrétien où les âmes attendent d’expier de leurs péchés avant d’accéder aux paradis. Mais comment une sirène a pu devenir une fille de l’air ? Eh bien en souffrant et en faisant face aux épreuves, en se comportant en bonne chrétienne pour résumer. Dans le conte, il y a toute une part de théologie que Disney a évincée. Ainsi les sirènes sont présentées comme des créatures impies, certes elles vivent plus longtemps sur le plan terrestre que les humains, par contre elles n’ont pas d’âme. Sauf si elles arrivent à acquérir l’amour d’un homme et donc l’épouse. Car oui, devenir la compagne d’un homme en dehors d’un mariage cela ne compte pas.

Si je trouve que Disney a retiré tous les aspects les plus intéressants du conte, je préfère cette histoire que celle du conte. Andersen glisse pas mal de théologie dans son conte. Contrairement à Perrault et aux frères Grimm, Andersen ne retranscrit pas des contes populaires. Il va juste prendre des éléments de la culture populaire pour écrire ses contes, parfois il va y glisser des éléments autobiographiques. Donc tout cet aspect théologique et la beauté source de souffrance sont sans aucun doute des éléments de son époque glissés dans le conte. Ce qui rend l’œuvre un peu moins intemporelle, elle est ancrée dans une époque. Je me retrouve donc plus dans le récit que Disney propose que le récit original.

Si tu veux en savoir plus sur les sirènes, je te propose de (re)lire l’article que j’avais écrit à ce sujet il y a fort, fort longtemps.

Et toi, que penses-tu de l’adaptation de Disney ? Et si tu veux en savoir plus sur les sirènes, je te propose d’aller lire l’article que j’ai écrit il y a fort longtemps !

Les autres adaptations Disney :

14 réflexions sur “La petite sirène, quand Disney plonge sous l’océan

  1. Romanesquement Vôtre dit :

    Une série d’article toujours aussi intéressante. J’ai beaucoup aimé cet article – même si je connais pas mal ce conte de la petite sirène et ses analyses littéraires – parce que tu mets bien en avant le côté théologique qui accompagne l’histoire. Personnellement, je trouve ça fascinant cette quête de l’âme immortelle mais j’aime beaucoup aussi l’adaptation de Disney ^^ Et je pense qu’Halle Bailey fera une super petite sirène !!

    Aimé par 1 personne

  2. Ada dit :

    J’ai appris il n’y a pas longtemps la fin du conte, j’étais horrifiée. Par contre, je ne savais pas pour cet aspect théologique… Bref, comme toi, je préfère la version Disney ! (de toute façon, les deux sont sexistes à leur manière, mais tant qu’à choisir le moins horrible…)

    Et cette polémique sur l’actrice noire du film live… Sont toujours aussi bêtes, les gens.

    Aimé par 2 personnes

  3. Surprises & Découvertes dit :

    Je viens à peine de découvrir ton blog en cliquant sur cet article et… Il est génial! Je connaissais déjà plus ou moins l’histoire du vrai conte mais j’ai trouvé la comparaison entre l’original et la version de Disney très intéressante. Quand on voit la version originale de la plupart des contes que Disney ait adapté, on se dit quand même qu’ils ont bien fait de les modifier sinon je ne suis pas persuadée que ça aurait eu beaucoup de succès, surtout auprès des enfants ahaha

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Je te remercie pour ton jolie commentaire ! ❤ La plupart du temps Disney fait du bon boulot sur ses adaptarions et propose des idées sympa. Le prochain article de cette série sera sur une adaptation plutôt ratée. Mais sur les 6/7 disney que j’ai fait, j’en ai qu’une vraiment décevante.

      Aimé par 1 personne

      • Surprises & Découvertes dit :

        Oui c’est vrai! J’ai hâte de voir lequel et pourquoi alors! D’ailleurs, je lirai les autres articles que je n’ai pas encore lus de cette série parce que j’ai beaucoup apprécié celui-ci comme ça j’en saurai un peu plus, hehe

        Aimé par 1 personne

  4. Mallou14 dit :

    Ah merci ! Je comprends enfin d’où sort cette transformation en fille de l’air. C’est le seul truc qui me faisait tiquer dans le conte d’Andersen parce que je ne comprenais pas trop où il voulait en venir. Finalement, je suis contente de savoir mais je n’adhère pas à l’idée qui est restée, comme tu le dis, dans son époque.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s