Une brève histoire de la littérature érotique

Un peu d’histoire littéraire cela te tente ? C’était un cours que je détestais à la fac de lettre, c’était d’un ennui mortel ! En même temps, on a jamais pris le temps d’aborder l’Histoire de la littérature érotique qui rime avec censure et où pendant très longtemps la France a été maîtresse dans le domaine. Aujourd’hui, paradoxalement je pense plutôt que ce sont les États-Unis d’Amérique, pays puritains et fidèle à ses contradictions en ayant remis au goût du jour l’érotisme dans la littérature destinée au grand public avec le mommy porn ou encore la dark romance.

enhanced-buzz-wide-16092-1376879513-9

Le livre rajoute plusieurs degrés d’érotisme. 

Mais ce qui nous intéresse, c’est où et comment est née la littérature érotique ? C’est très difficile à dire, car ce qui est considéré comme érotique peut l’être dans une société, mais pas dans une autre. Ainsi, on se retrouve des éléments érotiques dans les légendes de la Mésopotamie, qui si tu te rappelles de ton cours de sixième est le berceau de l’écriture ! Dans les textes de l’Égypte antique, l’érotisme est aussi présent, mais vu d’une manière beaucoup plus pratique. On a retrouvé par exemple une formule pour permettre aux morts de continuer d’avoir des rapports sexuels ! Pendant très longtemps, l’érotisme est à la fois présent et absent. Des écrits que nous avons, on parle de sexe de manière très pratique. Même dans des récits qui à nos yeux peuvent avoir une tendance érotique, il est très probable que ce soit juste un guide.

Paradoxalement, l’érotisme va être visible dès l’instant où l’on va le censurer. Au début de l’écriture en Chine, on avait des manuels de sexe, en Inde l’érotisme est présent dans une littérature qui se développe tout juste, dont des textes religieux. Le Kama Sutra est une préservation de cette littérature qui a disparu à cause de la censure. Dans le monde arabe, c’est la même chose, esthétisme et érotismes sont étroitement liés jusqu’à ce que la religion prenne une place de plus importante dans la société. Même dans la Bible, le Cantique des cantiques a des passages qui peuvent être jugés plutôt érotiques et du coup l’Église a pas mal débattu de son appartenance au canon. Pour résumer, en voulant censurer à tout prix un fait banal qu’est le sexe, fait apparaître le genre de l’érotisme.

Dès la Grèce antique, on trouve les premiers textes érotiques écrits avec l’intention que ça soit érotique avec la poétesse Sappho. Ça reste néanmoins très limité en termes de production. Il faut attendre le Moyen-âge pour voir parmi les intellectuels un libertinage de pensée et de mœurs qui préservent et assument une littérature érotique. Ils le font en opposition aux règles de la société et de l’Église. Du coup, la censure joue un rôle assez important dans l’apparition de ce genre. En même temps, troubadours et trouvères qui chantent l’amour courtois, chantent aussi son opposé : un amour violent, érotique et scatologique. On va retrouver quelques scènes dans le Roman du Renard ou encore la seconde partie du Roman de la Rose. Je parle bien du même Roman du Renard que l’on étudie au collègue. Rassure-toi, les élèves étudient une version expurgée où l’on retire tous les passages jugés obscènes et pas à la portée du jeune lectorat.

Pendant plusieurs siècles, l’Italie et la France vont se disputer le rôle de pays producteurs de textes érotiques et… c’est la France qui gagne au début du dix-septième siècle. C’est possible grâce à son contexte politique stable, la religion n’est pas trop présente et il y a un maniement du langage amoureux. L’Italie devant faire face à des guerres civiles et européennes doit laisser la place à la France. (Sans parler du Vatican ! Bien qu’à l’époque, dans les hautes sphères de l’Église, c’était plus des hommes politiques, que religieux). Bien entendu, l’Église et l’ordre moral sont bien décidés à s’opposer à tout cela et les textes sont censurés pour être mieux réimprimés clandestinement. On finit par avoir une certaine tolérance vis-à-vis de cette littérature qui se développe.

C’est le Romantisme qui sonne son glas, courant artistique moral, on juge que l’érotisme est bien trop obscène et pas assez digne. Elle existe toujours à travers le roman noir, mais c’est franchement pas la mode. À la fin du Second Empire, cette littérature prend un tournant plus pornographique, elle va avoir une définition qui correspond plus à ce que l’on connaît de nos jours. Même si elle évolue, elle est toujours interdite. Il faut attendre la loi du 29 juillet 1881 qui réaffirme que « l’imprimerie et la librairie sont libres » sous réserve de ne pas inciter au crime, etc. La littérature érotique a le droit d’être publiée. Enfin, a le droit d’être publiée en France, pays où l’on édite Zola ou encore Colette qui sont censurés en dehors des frontières. Le pays fait exceptions. La littérature clandestine perdue donc.

Avec les années folles, puis la révolution sexuelle, la littérature érotique va quitter son statut clandestin. Pendant très longtemps, elle va être connue du grand public surtout à travers des romans types Harlequin. Elle a connu un regain de popularité avec le genre du mommy porn. Il faut reconnaître à Cinquante nuances de Grey le mérite d’avoir popularisé ce genre littéraire. Même si on apprécie pas cette série, cela a révélé que la littérature féminine pouvait être érotique sans pour autant tomber dans la pornographie. Aujourd’hui ces romans sont beaucoup moins populaires et je pense que c’est parce qu’il y a une plus grande ouverture sur le sujet. On va plus facilement trouver des scènes de sexe dans des romances qui ne sont pas pour autant érotiques. Si on veut du sexe dans un bouquin, on n’a plus besoin de se tourner nécessairement vers un genre particulier dans la littérature féminine.

Si tu as envie de découvrir l’histoire littéraire d’un autre genre, tu peux aller lire mon article sur le manga horreur. Et si tu as envie de découvrir l’histoire littéraire d’un genre particulier, partage ton envie en commentaire !

9 réflexions sur “Une brève histoire de la littérature érotique

  1. Romanesquement Vôtre dit :

    C’est un article intéressant ! J’ignorais que le Cantique des Cantiques avait fait l’objet de telles discussions. C’est pourtant un texte si poétiques !
    Mais c’est vrai que désormais on n’a plus vraiment besoin de se tourner vers ce genre pour trouver un peu de piment dans les livres.
    ça me rappelle d’ailleurs que j’avais acheté la trilogie de Sarah Pinborough (Poison, Charme, Beauté) sans savoir qu’il s’agissait de littérature érotique. J’ai fait une drôle de tête quand j’ai lu les premières pages ahah.

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Je n’ai jamais lu le Cantiques des Cantiques, je t’avoue que si je trouve la Bible hyper intéressante, je n’aime pas la lire. Je suis du genre à lire des adaptations de la Bible ou des articles sur les récits qu’il y a dessus plutôt… ‘.’

      J’adore cette trilogie ! Je suis carrément tombée amoureuse de Blanche-Neige ! Je l’aurais pas classé en littérature érotique. Il y a des scènes, mais elles sont vraiment peu nombreuses dans ma tête. Il faudrait que je la relise. En réécriture érotique de conte de fée, j’aurais plus penser à la Belle au bois dormant d’Anne Rice qu’on m’a vendu comme une réécriture SM. Je ne l’ai pas encore lu, mais rien que le résumer me laisser penser que c’est le cas.

      J'aime

    • Babitty Lapina dit :

      Merci 😀 Si je savais parler Allemand j’aurais pu me baser sur les notes de mon grand-père qui a passé plusieurs années à étudier la littérature érotique haha x) (On peut pas lutter contre ses ancêtres). Bha il y aura toujours des gens pour râler, mais c’est ça qui le charme l’humanité ♥

      Aimé par 1 personne

        • Babitty Lapina dit :

          Dans le cadre prive, c’était un antiquaire spécialisé dans les livres ! Du coup il avait de vieux ouvrages datant de pfiouuu. Ma grand-mère m’a réfile ceux qui sont en français, mais je n’ai qu’un receuil de poésie chez moi. Le reste est chez ma mère 😂 Et ma grand-mère a écrit un livre les pseudonymes des auteurs et autrices 😊 Leur appartement est recouvert de vieux livres en tout genre… Mais le pire c’est le bureau de mon grand-pere qui a créé un labyrinthe avec ses bibliothèques pour tout caser. 😂😂 Avec ma mère cela nous a vaccine de conserver des livres non lus. (Et encore elle est pire que moi, elle lit et bam boîte aux livres 😂) (j’avais pense faire un jour un article sur ma famille vu les specimens 😂)

          Aimé par 2 personnes

    • Babitty Lapina dit :

      Je te remercie ! La littérature sentimentale joue beaucoup sur l’érotisme. Pas tous les titres, mais tu peux facilement tomber sur des scènes de sexes plus ou moins consenties. On colle aux romans Harlequins une image de roman un peu fleurs bleu, mais pour avoir feuilleter quelques titres ce n’est pas toujours le cas.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s