Quand Disney se faufile dans le terrier du lapin du pays imaginaire

328324ddd5b4d73a00e0718d115f30d9Alice aux pays des merveilles a l’un des univers qui met probablement le plus d’étoiles dans les yeux des adeptes de Disney. Un univers magique, carrément loufoque et détruisant allègrement tout ce que j’adore dans ces deux contes écrit par Lewis Caroll. Eh oui, car Alice aux pays des merveilles est non pas inspiré par un récit, mais deux. Une discrète indication apparaît au tout début du film juste en dessous du titre. Disney a joyeusement mélangé les deux univers d’Alice aux pays des merveilles et De l’autre côté du miroir. Moins ratés que leur adaptation d’Hercule, ils n’ont cependant pas su faire ce qu’ils avaient réussi avec Mulan (développer l’œuvre de manière très sympathique). Je situerai ce film sur un Notre-dame de Paris raté. Une adaptation correct, mais qui n’a pas su respecter l’essence même de l’œuvre et a rendu tout bonnement ridicule un univers fascinant. Attention, cet article va peut-être te sembler de mauvaise foi et dur. L’univers que Lewis Caroll a créé m’a fascinée et cela m’attriste de voir ce qu’ils ont en fait.

Avant d’aller plus loin, je me concentre sur la version dessin animé qui est considérée comme l’adaptation des deux romans. Les deux films produits par la suite par Tim Burton sont des suites du dessin animé de Disney. Donc des adaptations d’une adaptation. Pour faire un point rapide sur les deux films tout de même, je trouve intéressant d’avoir fait de la Reine Blanche la sœur de la Reine de Coeur. Bien que la première appartienne au monde de l’échiquier et l’autre à celui des cartes, la couleur de la Reine de Coeur était le rouge, on peut facilement la considérer comme une simili Reine Rouge. J’ai beaucoup aimé aussi la personnification du Temps et le fait qu’il ait coincé à l’heure du thé le Chapelier Fou et le Lièvre de Mars. Après tout, quelle idée de ne pas respecter les pauses dans une chanson, cela massacre le temps ! Bien entendu qu’il est vexé.

Le dessin animé intègre donc les deux contes. Dans Alice aux pays des merveilles, Alice suit un lapin avec un redingote et une montre et tombe dans un monde étrange dans lequel elle oublie tout, ses leçons, sa taille et même sa propre identité ! Sur ce monde règne la Reine et le Roi de Cœur, la Reine a tendance à vouloir décapiter tout le monde, mais en réalité aucune tête ne tombe, elles se contentent de disparaître en même temps que leur propriétaire. Dans De l’autre côté du miroir, Alice rejoint le monde du miroir qui reflète une pièce ressemblant exactement à celle où elle est, mais où tout est à l’envers. Elle va se retrouver dans le monde de l’échiquier et va devoir se rendre à la huitième case pour pouvoir devenir reine et assister à un fabuleux banquet où la nourriture adresse la révérence et devint invitée, mais on ne peut tout de même pas empêcher quoi que se soit de faire la révérence, c’est impoli !

Disney nous présente un monde dingue, fou, où tout le monde est fou. Même les lois de la physique et la réalité ne prennent pas. Le tout agrémenté d’un comique un peu lourd. Alice va de rencontre en rencontre, au début pour découvrir où va le Lapin Blanc, puis ensuite pour rentrer chez elle. Malheureusement, à vouloir intégrer trop d’éléments, allant jusqu’à intégrer une scène qui n’est même pas présente dans le roman et bien Disney a oublié l’essence même des contes. L’univers que Lewis Caroll a créé est d’une logique implacable. Alors oui, ce n’est pas notre logique, c’est une logique des mots et de jeux de mots. Néanmoins, c’est une logique qui ne fait que surprendre Alice et l’interroger sur ce monde étrange. Alice du dessin animé déclare que son monde ne serait rempli que de divagations, le pays des merveilles et le pays de l’échiquier ne sont pas des divagations, loin de là !

Malheureusement, ce n’est pas uniquement l’univers qui a été bafoué. Les personnages sont des caricatures grossières. Ils sont tous d’un agacement profond, ils passent leurs temps à s’énerver, à hurler au point de devenir tout rouges ! Même cette pauvre Chenille se fâche tout rouge, alors oui elle a un côté snob, mais elle est au-dessus de ça. Les fleurs orgueilleuses devient un chœur chanteur qui prennent Alice pour une fleur. La Reine Rouge quant à elle devint une diva capricieuse et hautaine. Alice est gratuitement martyrisée par les personnages et regrette d’avoir fait preuve de curiosité. Au contraire, dans le roman les personnages lui apprennent pleins de choses et ont malgré tout une certaine bienveillance, à leur manière, avec cette petite fille.

Ces contes sont une invitation à la curiosité, à l’art du discours et à la logique. Ces trois éléments font le charme de ces deux contes. Ils ne sont pas absurdes, au contraire, et le film Disney a balayé tout ça d’un revers de la main pour proposer une grossière version. Si tu souhaites voir une version sympa d’Alice aux pays des merveilles, je te conseille le film de 1999 avec Whoopy Golberg dans le rôle du Chat de Chester. Elle est pour moi à ce jour, la version respectant le plus le livre. Et si ton truc c’est plus les réécritures de roman, Heartless de Marissa Meyer est vraiment intéressante. Elle intègre énormément d’éléments des deux contes de manière très ingénieuse.

Et toi, qu’est-ce que tu penses du dessin animé Disney et des suites en film ?

19 réflexions sur “Quand Disney se faufile dans le terrier du lapin du pays imaginaire

  1. Callysse dit :

    Je n’ai pas lu les livres ni vu les films. Par contre j’ai vu le dessin animé et je ne l’ai pas aimé. Trop loufoque pour mon esprit d’enfant et même avec mon regard d’adulte je continue à ne pas l’aimer. Difficile de se defaire d’une très mauvaise première impression!

    Aimé par 1 personne

  2. Ada dit :

    J’ai pas lu les livres, qui me paraissent meilleurs d’après ce que tu dis ! Il y avait effectivement des aspects dans le film que je n’avais pas trop apprécié (je l’ai vu étant jeune ceci dit). En tout cas, ton article est très intéressant, ça donne envie de lire les livres 😉

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Ils sont tellement meilleurs ! J’adore les livres d’Alice aux pays des merveilles et de l’autre côté du miroirs. D’ailleurs demain je vais publier un article centré sur eux. Cela fait partie de mes livres préférés, j’aime comment Lewis manie les mots et comment tout élément à une vraie logique que l’on découvre pas forcément à la première lecture.

      Aimé par 1 personne

  3. Angelakoala dit :

    je ne me souviens plus du tout des films. En tous cas ton article est très intéressant car petite je me sentais très mal à l’aise de regarder le Dessin animé, même si je l’aimais quand même bien, j’avais l’impression d’être bloquée dans un mauvais rêve. En lisant le livre j’ai eu la même sensation et j’ai trouvé que du coup le dessin animé respectait très bien le livre. Après je n’ai pas encore lu « de l’autre côté du miroir ». J’ai hâte de voir ce que ça donne. Merci pour cet article 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Je n’irais pas jusqu’à dire massacré, sauf peut être pour Hercule, même si ça se comprend. Il propose une vision plus ou moins intéressantes, j’essaie dans ma série d’articles sur Disney de voir en quoi cela se rapproche et pourquoi on peut leur vision peut être intéressante. Par contre les Disney les plus récent, ceux à compter de la Princesse et de la Grenouilles sont complètement différents du récit original au point que je m’interroge si ça vaut le coup de les comparer aux œuvres originales !

      Aimé par 1 personne

  4. aurelalala dit :

    Je ne vais pas trop réagir à ta critique puisque je n’ai pas lu le livre. Mais personnellement, je n’ai pas aimé le dessin animé et je ne l’aime toujours pas aujourd’hui. Je n’ai donc rien vu d’autre que le Disney. Tu m’as donné envie de découvrir Alice à l’écrit. Peut-être que je le lirais. 😊

    Aimé par 1 personne

  5. labibliothequedesanges dit :

    Bizarrement je vais allé à l’inverse de tout le monde mais j’ai toujours adoré Alice de Disney. J’ai lu les deux romans il y a deux ans maintenanr et je sais donc à présent qu’il y a énormément de différences que tout est mélangé et que c’est loin des romans mais je l’aime vraiment beaucoup. Dans mon imaginaire d’enfant y me disait que c’était un monde interne et c’est vrai que on est tous un peu foufou en nous que nos pensées n’ont quelques fois pas de sens. Alors cela ne mavaot jamais choqué. En voyant les films j’aimais bien aussi. Bon Johnny Depp y est pour énormément je dois l’avouer. ( moment fan attutude) mais oui j’ai aimé le dessins animé et je suis une super super super fan du chat pour moi c’est le plus marrant entre les jeux de mots et le design je l’adore

    Aimé par 1 personne

  6. Mallou14 dit :

    J’avais été surprise lors de ma première lecture d’Alice au pays des merveilles de ne pas trouver certains personnages du film Disney, puis en lisant la suite, je les ai retrouvés. C’est vrai que Disney a fait un peu n’importe quoi avec cette histoire, je préfère largement les livres, il y a plus de choses à y trouver. Il faut que je lise Heartless de Marissa Meyer mais j’essaye d’abord de terminer Les chroniques lunaires 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s