Bilan décembre 2019

Ce mois-ci aurait dû être le mois où j’aurais pu me plonger dans de longues heures de lectures. Sauf que cela a été très loin d’être le cas. La grève a fini de m’achever et du coup j’ai passé quasiment toutes mes vacances à comater… Néanmoins j’ai fait de supers jolies lectures.

Roman

Virgin River de Robyn Carr

Que diriez-vous d’un changement d’horizon, d’un dépaysement total ? Destination : une petite ville du nord de la Californie, un endroit pittoresque, avec des habitants chaleureux et attachants. Vous croiserez Melinda, qui vient justement de s’y installer comme infirmière, avec quelques projets. Si vous prolongez votre séjour, allez déjeuner dans le restaurant où Vic, un ancien marine, travaille. Il vous racontera pourquoi il a décidé de poser ses valises au pied de ces montagnes. Et bien d’autres personnages hauts en couleur… Bienvenue à Virgin River !

C’est LA grande surprise de cette année. Avec l’adaptation Netflix, j’ai découvert cette série de roman et fort heureusement pocket les réédite. Car en dehors de ça, les couvertures sont… d’un kitsch absolu. C’est de la romance on ne peut plus cliché, mais c’est de la romance hyper moderne. Cela parle de contraception, d’une femme battue, de difficulté d’avoir des enfants, de sexualité adolescente, des conséquences de la guerre sur les militaires, etc. C’est mon grand coup de cœur, je me suis plongée dans le premier tome et quand j’ai relevé la tête, trois heures étaient passés et j’avais l’impression que 5 minutes venaient de s’écouler ! J’avais prévu de ne pas acheter de romans avant d’avoir réduit ma PAL, mais je vais faire une exception pour Virgin River.

Gretel and the dark d’Eliza Granville

Voici la sombre et fascinante histoire de deux mondes parallèles. Vienne, à la fin du XIXe siècle. Josef Breuer – célèbre psychanalyste – est sur le point d’être confronté au cas le plus énigmatique de sa carrière. Trouvée près d’un asile d’aliénés, maigre, la tête rasée, la jeune fille prétend n’avoir pas de nom, pas de sentiments – d’être, en fait, une machine revenue pour tuer le Monstre. Intrigué, Breuer est déterminé à comprendre les racines de ses maux. Quelque part en Allemagne, bien des années plus tard. Krysta est une petite fille dont la mère a mis fin à ses jours et qui tyrannise ses gouvernantes et son père, médecin dans un étrange dispensaire… Plongée dans le souvenir des contes de fées que lui racontait sa nounou d’antan, elle lutte pour trouver sa place quand, un matin, on découvre son père mort étranglé dans son lit. Désormais, la petite fille est véritablement seule au monde, sans rien ni personne pour la protéger.

Roman lu dans le cadre du cold winter challenge. Je suis vraiment contente d’avoir lu ce roman, pendant un moment j’ai été perplexe et me demandait comment les deux intrigues pouvaient se rejoindre et m’interrogeaient sur des éléments que je ne comprenais pas. Mais finalement la conclusion de ce livre était vraiment bien. C’est un bon roman, qui traite des camps de concentrations de manière tout à fait originale et juste en même temps. Un roman que je recommande.

Une année à la campagne de Sue Hubbell

Un jour, Sue Hubbell, biologiste de formation, ayant travaillé comme bibliothécaire, lasse de vivre en marge de la société de consommation de l’Est américain, décide de changer de vie. Avec son mari, elle part à la recherche d’un endroit où ils pourraient vivre loin des villes, suivant l’exemple du poète Thoreau. Après avoir cherché, ils trouvent cette ferme dans les monts Ozark, au sud-est du Missouri, et, ne connaissant rien à l’agriculture ni à l’élevage, ils décident de créer une « ferme d’abeilles « . Alors commence pour Sue Hubbell une aventure dont elle n’imagine pas les conséquences.

Roman lu dans le cadre du cold winter challenge et ce fut un très jolie coup de cœur ! Je l’ai dévoré et ne pouvait pas le lâcher. Il ne se passe pas grand-chose pourtant. L’autrice raconte son quotidien avec beaucoup d’humour, de tendresse et pose un regard très réaliste sur sa vie. C’est le genre de roman autobiographique que j’adore, dont je ressors toute apaisée et que je relirais avec grand plaisir.

Le sang des elfes de Andrzej Sapkowski

Du beau royaume de Cintra, il ne reste plus que des ruines. L’empire de Nilfgaard a tout massacré et la reine Calanthe s’est jetée du haut des créneaux. Seule survivante, la petite princesse Ciri a réussi à fuir la capitale. Mais des espions sont aussitôt envoyés à ses trousses. L’enfant semble avoir un rôle crucial dans la destinée de ce monde… Geralt de Riv, le chasseur de monstres, l’a bien compris en recueillant la fillette. Conduite à Kaer Morhen, l’antre des sorceleurs, elle y est initiée aux arts magiques. Aidé par la magicienne Merigold, Geralt découvrira la véritable nature de l’enfant et l’ampleur de ses pouvoirs qui suscitent la convoitise : un mystérieux sorcier est à sa recherche et n’hésitera pas à menacer les amis du sorceleur pour arriver à ses fins…

En fait, ceci est le troisième tome de la saga. Je l’ai compris au moment de rédiger ce bilan. C’est le premier tome du cycle avec le personnage de Ciri. Je comprend mieux pourquoi j’étais pas mal perdue au début de ma lecture. Pourtant, j’ai compris rapidement l’univers. Je savais qu’il me manquait des éléments, mais cela ne m’a pas posé de soucis et j’ai été plongée dans ma lecture de telle manière que quand je suis arrivée à la fin ma réaction a été : « comment ça s’est déjà finit ? » C’est une très bonne saga de fantasy que je compte lire dans l’ordre et me procurer les éditions en brochés, car elles sont justes sublimes.

Grisha de Leigh Bardugo, tome 1

OMBRE. GUERRE. CHAOS. Un royaume envahi par les ténèbres. Une élite magique qui se bat sans relâche contre ce mal. Des citoyens envoyés en pâture aux créatures qui peuplent le Shadow Fold. Parmi eux : Alina Starkov. ESPOIR. DESTINÉE. RENOUVEAU. L’avenir de tous repose sur les épaules d’une orpheline qui ignore tout de son pouvoir. L’Invocatrice de lumière.

Cela faisait des mois que je voulais lire cette saga et j’ai profité du cold winter challenge pour me lancer dedans ! J’ai eu dû mal au début, probablement que j’en attendais trop. L’intrigue se met rapidement en place et en même temps prend du temps. Et finalement j’ai vraiment accroché au roman et j’ai été plusieurs fois surprise. L’autrice a réussi à me surprendre plusieurs fois dans le bon sens ! Dans son recueil de contes, j’avais adoré le rapport que les femmes avaient entre elles et je suis déçue de ne pas l’avoir retrouvé dans ce premier tome. J’espère que ça va évoluer au cours de la saga.

Petite de Sarah Gisler

« Je suis née au milieu des années nonante dans une famille décomposée. On était de ces enfants qui grandissent avec une clef autour du cou, connaissent les numéros d’urgence par cœur et savent faire cuire des pâtes avant même d’être en mesure d’atteindre les casseroles. Petite, on a tenté de m’expliquer que j’avais des « origines » par ma mère et un père qui ne peut plus courir parce qu’il a trop travaillé. En classe, j’écoutais des professeurs désabusés me raconter comment réussir ma vie. Plus tard, on m’a dit que je travaillerai dans un bureau parce que c’est ce qu’il y avait de mieux pour moi, qu’assez vite j’aurai un mari, une maison, puis des enfants, qui verront le jour presque par nécessité. À vingt ans, j’ai arrêté d’écouter les gens et je suis partie. Seule, en stop et sans un sou en poche. J’ai traversé l’Europe jusqu’au Cap Nord, sans autre but que de ne pas pourrir chez moi. On peut dire que j’ai fui. C’était mon premier grand voyage. Dans ce livre, j’ai voulu raconter mes errances, mes chutes et comment la route m’a sauvée. » S. G.

Ce livre est en deux parties, dans la première, Sarah Gisler raconte comment elle est venue à cette envie de voyage et la seconde partie c’est son premier grand voyage en lui-même. La première partie est longue, j’ai moins accroché à elle. Elle était bien, mais j’ai moins accroché, peut être parce que je m’attendais à autre chose. Néanmoins je suis contente de m’être accroché, car la seconde partie est vraiment intéressante ! C’est une jolie lecture, qui propose une réflexion vraiment intéressante !

Mordred de Justine Niogret

« Ecoutez ! Ecoutez la sinistre et triste histoire de Mordred, le chevalier renégat ! » Face sombre des légendes arthuriennes, Mordred est le traître, fruit des amours illicites et incestueuses d’Arthur et de sa soeur Morgause. S’il fait un temps parti des chevaliers de la Table ronde, il est chassé de celle-ci avant de lever une armée pour combattre Arthur. C’est l’histoire officielle, du moins. Peut-être Mordred n’était-il pas aussi fou que les gestes le prétendent ? Peut-être était-il un garçon sensible et droit ? Peut-être Arthur n’est-il pas le héros que l’on chante et que Mordred n’avait pas le choix ?

Mordred est probablement le personnage que je supporte le moins dans la légende arthurienne. Je l’ai toujours trouvé profondément agaçant et je ne l’ai jamais apprécié. J’ai lu ce roman dans le cadre du cold winter challenge et Justine Niogret a écrit une super réécriture de cette légende. Elle a rendu le personnage de Mordred vraiment humain et même attachant ! Ce roman fut un vrai coup de cœur littéraire et si tu apprécies la légende arthurienne, je te le recommande chaudement. Pour l’année 2020, j’ai décidé de lire plusieurs réécritures de la légende arthurienne et celle-ci est un bon début !

Sacrées sorcières de Roald Dahl

«Un enfant par semaine, cela représente cinquante-deux enfants par an. Un tour, deux tours de moulinette et hop! … plus d’enfant ! » ATTENTION: les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La grandissime sorcière les déteste plus que tout et compte bien les faire tous disparaître. Seuls un garçon et sa grand-mère peuvent l’en empêcher, mais si leur plan échoue, la grandissime sorcière va les faire frrrire comme des frrrites.

J’ai relu avec grand plaisir ce roman de Roald Dahl ! C’est un auteur que j’adore et pour la première fois j’ai pris conscience du côté sombre qu’il y avait dans son écriture. Un roman très amusant et très sympathique qui m’a donné envie de replonger dans les autres romans de cet auteur !

Bande dessinée

Suite
La petite mort de Davy Mourier, tome 3

Je n’ai rien à dire dessus
Je suis encore là-bas de Samir Dahmani
La belle mort de Mathieu Bablet

The wicked + the divine de Kieron Gillen et Jamie McKelvie

Tous les quatre-vingt-dix ans ou presque, douze dieux se réincarnent dans le corps de jeunes adultes. Ils sont charismatiques et brillants. Ils se tiennent devant des foules immenses, qu’ils emmènent dans l’extase à travers des langues inconnues. La rumeur veut qu’ils soient capables de miracles. Ils sauvent des vies, que ce soit métaphorique ou concret. Ils sont aimés. Ils sont détestés. Dans moins de deux ans, ils seront tous morts…

Une BD qui contient énormément d’informations en tout genre. Avec plein de détails qui sont cachés à droite à gauche. Un premier tome très sympathique, même si j’ai été parfois perdue entre les différents personnages et surtout les différentes divinités que je connais pas toutes. Je n’arrive pas encore à me faire un avis dessus, elle est bien, elle peut être géniale, mais elle peut aussi s’écrouler… Coup de cœur ou déception ? Les tomes suivants me le diront !

Billy brouillard, le petit garçon qui ne voulait plus croire au Père Noël de Guillaume Bianco

Père Noël, Croquemitaine… : rêve et cauchemar… Billy gardera-t-il la foi ? Le chat de Billy, Brouillard est mort. Et même le Père Noël semble incapable de le ramener à la vie. Comment alors avoir foi en lui… surtout lorsque le jeune garçon découvre un jour, un faux costume de Père Noël, caché dans la chambre de ses parents ? « Le Père Noël » : ne serait-il qu’un subterfuge des adultes afin de discipliner les enfants crédules ? Faut-il malgré tout y croire, afin de ne pas réveiller le mystérieux et terrifiant Croquemitaine ?

Bien que ce soit le tome 2 et que je n’ai pas lu le premier tome, je n’ai eu aucune difficulté à suivre l’histoire. C’est mignon, émouvant et drôle en même temps. Le genre de livre que j’aurais adoré avoir plus jeune.

Dans le noir de Daria Bogdanska

Daria a quitté sa Pologne natale pour suivre des cours de bande dessinée dans une école suédoise. Une fois arrivée à Malmö, comme elle n’a pas réussi à décrocher une bourse, elle se met à la recherche d’un travail pour pouvoir payer ses études. Elle se frotte d’emblée aux inconséquences de l’administration : pour pouvoir travailler, elle doit avoir un numéro fiscal et, pour avoir un numéro fiscal, elle doit avoir un travail. Il ne lui reste qu’une solution : un job au noir dans la restauration.

J’ai emprunté cette BD autobiographique sans savoir de quoi elle parlait. Elle faisait partie des BD mises en avant et j’aimais le style dessin. Je l’ai trouvé vraiment chouette et passionnantes, d’autant plus que je travaille dans le droit du travail et même si cela se passe dans un autre pays, je reconnais bien trop facilement les situations décrites dans ce livre… C’est une très jolie BD, que j’ai trouvé vraiment chouette et que je recommande.

Manga

L’enfant et le maudit de Nagabe, tome 1

Il était une fois une enfant et un non-humain maudit, venus de deux mondes différents. Alors que l’étrange être veille sur la petite fille, celle-ci vit à ses côtés sans se rendre compte de la dangerosité du monde qui l’entoure. Candide, la jeune humaine attend qu’on vienne la chercher, tandis que la créature n’ose pas lui révéler la triste vérité et briser toutes ses espérances…

Une amie a eu la très bonne idée de m’offrir ce manga que je veux lire depuis fort longtemps. Il fait partie de ces classiques du genre que l’on se doit de lire et mon seul regret c’est de ne pas l’avoir lu plus tôt ! Les dessins sont magnifiques, les deux héros sont d’une douceur et d’une tendresse qui me serre le cœur. J’ai d’énormes attentes pour ce manga ! J’ai hâte de lire la suite.

Père Fouettard corporation d’Hiraku Nakamura, tome 1

Au Japon, c’est la crise. Pas facile d’avoir un boulot quand on n’a pas de diplôme. Miharu Hino, 22 ans et abonné aux CDD pourris, en sait quelque chose. Et le Père Fouettard, vous connaissez ? Celui qui se balade à Noël avec un fouet et un grand sac pour y plonger les vauriens. Miharu s’apprête à faire sa connaissance. Bien loin d’être un affreux moutard, notre héros se retrouve malgré lui au fond du sac du père Fouettard, en route pour le pôle Nord ! Il y découvre le véritable visage de Noël, plus proche d’une multinationale peu scrupuleuse que d’un atelier coquet. La petite entreprise du Père Fouettard ne connaît pas la crise.

De cette autrice, j’ai lu et adoré les vacances de Jesus et Boudha qui me fait rire à chacune de mes relectures. Je retrouve la plume de la mangaka avec grand plaisir dans ce manga et de nombreuses fois j’ai ricané. Cette série fait partie de mes nouveaux coup de coeur et j’ai hâte de me procurer la suite !

Album jeunesse

Ameline, joueuse de flûte de Clémence Beauvais et Antoine Déprez

Ameline vit chez son grand-père, qui lui raconte souvent la même légende, une histoire de rat et de flûte. A sa mort, la petite fille doit se rendre dans un village inconnu, pour y rejoindre sa nouvelle famille adoptive. Sur le chemin, elle croise trois drôles de gamins aux noms bizarres et aux pieds trempés. Et il n’y a pas que les enfants qui soient bizarres : dans le village rôdent des dizaines de chats et il est interdit de siffler…

J’aime beaucoup Clémentine Beauvais d’habitude, mais ce récit m’a plutôt… déçue. Il y a de jolies idées, mais la fin est quelque peu abruptes et il manque des choses. Il en va de même pour les dessins, ils sont beaux, mais sans plus. Un album jeunesse plutôt décevant…

Contes

Jack et la sorcière de mer et autre contes d’Ecosse de Fiona MacLeod

Un recueil de contes modernes et inspirés de contes traditionnel. Ce n’était pas à ce à quoi je m’attendais et du coup j’ai été plutôt… déçue. Les contes sont sympathiques, humoristiques, mais loin du genre que j’apprécie… Donc bon, une lecture plutôt décevante. Je vais déposer le livre en boîte aux livres.

J’ai commencé à réduire ma pile à lire, tout en avançant dans mon défis du cold winter challenge. Pour le moment j’ai eu de jolies lectures, mis à part le recueil de contes et Into the wild que j’ai abandonné à la moitié de ma lecture. J’espère que tu te trouves actuellement dans les pages d’un très chouette bouquin !

17 réflexions sur “Bilan décembre 2019

  1. tsllangues dit :

    Gretel and the dark me fait sacrément envie! Merci pour la découverte! J’ai vu passer Billy Brouillard plusieurs fois, avec toujours la tentation de le prendre mais sans grande conviction: pour un adulte, c’est vraiment trop « gentillet/simpliste » ou c’est un peu creusé quand-même? Et tant que j’y suis: bonne année 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Gretel and the dark est vraiment chouette et vaut vraiment le détour !

      Billy Brouillard est creusé tout en restant à la portée des enfants. On sent que c’est un livre destinée à un jeune public, mais il fourmille quand même détailles, d’illustrations et d’idées. Je pense qu’on peut l’apprécier en tant qu’adulte, tant qu’on garde à l’esprit que c’est jeunesse !
      Et belle année 😀

      Aimé par 1 personne

  2. aurelalala dit :

    Beau bilan. 🏆

    J’avais adoré les chroniques de Virgin River donc j’ai lu (en numérique) les versions précédentes. Je pense me procurer les éditions papier pour les relire. Je ne pense pas regarder la série (je n’ai pas Netflix mais bon, c’est un détail. On peut toujours s’ y abonner si je change d’avis).

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      J’étais en vacance pendant deux semaines et je n’ai quasi pas ouvert un livre. x) Si j’étais à mon rythme normale, le bilan serait deux fois plus longs !
      Je sais pas trop quoi penser de cette BD. J’ai faillit l’abandonnée plusieurs fois, je m’y suis accrochée et en fait. C’est pas que j’aime pas, mais j’ai l’impression qu’il ne se passe rien et qu’il se passe des trucs en même temps. J’en suis ressortie de ma lecture avec un mhe, pas vraiment un livre dont j’ai envie de parler.

      Je te souhaite aussi une très belle année 2020, remplit de plein jolies lectures 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Les Lectures de Sophie dit :

        Je ne sais pas si tu connais la série Midnight Tales, coordonnée par Mathieu Bablet chez Ankama / Label 619 ? Chaque tome est co-écrit par de nombreux jeunes artistes, auteurs, illustrateurs, avec un fil conducteur dans chaque ouvrage et de l’un à l’autre qui est les Midnight Girls, une « organisation » de jeunes femmes, des sorcières dans le sens positif du terme qui luttent contre le mal grâce à leurs pouvoirs et à leur sororité. Les quatre premiers tomes forment un arc narratif complet, et c’est vraiment très très chouette !!!

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s