Amazon, acteur majeur dans l’auto-édition

 L’industrie du livre est en partie responsable de son propre déclin, ce n’est pas que de la faute d’Amazon. Elle utilise les auteurs pour produire toujours plus, comme de la main-d’œuvre bon marché. — Lise Antunes Simoes

C’est un fait, Amazon fait du mal aux librairies et niveau entreprise est moralement douteuse. Néanmoins, il y a un autre fait qui est nécessaire à prendre en compte : Amazon aide beaucoup les autrices et auteurs autoédités. J’ai plusieurs fois vu des libraires se montrant particulièrement critiques vis-à-vis d’auteurs et autrices utilisant la plateforme. Le but de cet article n’est pas de prendre la plateforme d’Amazon, d’ailleurs si tu veux en connaître les conséquences pour les libraires, tu peux aller lire cet ancien article. Au moment où j’écris cet article, le rapport Racine est sorti. Ce rapport est une réflexion sur l’auteur et l’acte de création et propose des pistes pour mettre fin au statut précaire des auteurs. Et… cela ne se passe pas très bien auprès des maisons d’édition. L’auto-édition est donc pour un certain nombre, un moyen vivre de son écriture. Et il est nécessaire de reconnaître qu’Amazon a joué un rôle dans le développement de l’auto-édition.

Le but de cet article n’est donc pas une défense d’Amazon, mais un rappel de ce que cela apporte à l’auto-édition. Pour cela j’ai lancé un appel à témoignage et quatre autrices et auteur autoéditées ont bien voulu me répondre pour savoir quel rôle à Amazon dans leur travail. Tu trouveras leur réponse à mes questions publiée au fil de la semaine !

L’auto-édition peut donner l’impression que c’est un moyen pour des autrices et auteurs n’étant pas suffisamment « doués » pour se faire éditer. Toutefois, il faut lier le phénomène de l’auto-édition à une prise de conscience de la part des auteurs et autrices de leur exploitation. Très peu peuvent vivre de leur écriture à plein temps et beaucoup trop sont sous le seuil de pauvreté. Entre surproductions littéraires, paiement annuel (et en retard parfois !) et le prix d’un livre dont il touche entre 8 et 12 % environs. Concrètement, tu touches 1 ou 2 euros sur chaque livre vendu. Ce qui n’est pas énorme. De plus en plus se tournent alors vers l’auto-édition, qu’ils soient nouveaux dans le monde littéraire ou ont déjà édité plusieurs livres. Cela a été le cas de Samantha Bailly, l’actuelle présidente de la Ligue des auteurs et dont je t’ai parlé plusieurs fois sur le blog. Quand elle a annoncé sortir son prochain livre en auto-édition, cela n’a pas été bien accueilli par tous les acteurs du monde du livre… Avec la publication du rapport Racine, il y a un conflit qui se crée entre maison d’édition et autrices et auteurs. Il est donc possible que le monde du livre soit amené à évoluer et que l’auto-édition y joue un rôle.

D’un point de vue plus concret, les différents témoignages s’accordent sur plusieurs aspects de l’auto-édition : une meilleure rémunération qui se fait en temps et en heure, aucun risque financier et on ne voit pas son livre se faire retirer des rayons au bout de quelques mois, voir ne plus être édité.

Il se trouve que je suis un auteur qui a publié énormément de livres chez des éditeurs. Mon souci, c’est que la carrière d’un livre commercialisé dure généralement entre 3 et 6 mois. Après cela, les librairies font place vide pour accueillir les nouveautés. – Daniel Ichbiah

A contrario, une personne qui s’autoédite doit gérer elle-même la correction de son roman, la correction, la mise en page, etc. Quand je dis par elle-même, soit elle paye une personne pour le faire ou elle le fait elle-même. En tout cas l’auteur et l’autrice ne se contentent plus d’écrire le texte, il doit gérer tout le travail qui amène ce texte à devenir un livre. Sur les blogs l’auto-édition est de plus en plus présente. Certaines blogueuses affichent même un logo pour dire qu’elles lisent des autoédités ! De plus, on trouve de plus en plus d’auteurs et autrices autoédités dans les salons par rapport à il y a quelques années.

Mais pourquoi Amazon ? Pourquoi ce grand méchant capitaliste qui détruit les librairies ? J’exagère à peine, car Amazon a une place très ambiguë dans le monde du livre… D’un côté il est la cause de fermeture de librairie et de l’autre… c’est la meilleure plateforme qui existe actuellement pour les personnes souhaitant s’autoéditer. Là encore il y a une concordance des témoignages. Amazon propose une plateforme facilement accessible, avec une rémunération particulièrement intéressante, mensuelle et payée dans les temps et enfin accepte depuis très longtemps les livres autoédités. Leur modèle économique satisfait l’ensemble des personnes qui ont témoigné et Jupiter Phaeton le résumer bien « Je suis conquise par le modèle économique d’Amazon sur ce sujet. Je ne connais pas de maison d’édition à ce jour qui verse autant de redevances qu’eux (jusqu’à 70 % sur l’ebook quand même !). »

Si dans l’internet littéraire l’auto-édition est plutôt acceptée, dans les librairies ce n’est pas le cas. Gisèle Foucher le dit très bien « Les rares libraires auxquels j’ai proposé l’un de mes livres autoédités m’ont plutôt snobée ou regardée d’un air effaré. » Donc nécessairement, autrices et auteurs vont se tourner vers des acteurs acceptant de les publier. Amazon a une bonne réputation dans l’auto-édition, propose un système économique intéressant et enfin permet d’éditer facilement ces livres. Cette place d’acteur majeur dans l’auto-édition est tout à fait légitime. Néanmoins, tout n’est pas parfait. Ainsi, Lise Antunes Simoes explique qu’Amazon cherche à avoir l’exclusivité des textes « La seule chose que je reprocherais à Amazon, c’est leur incitation à vendre exclusivement chez eux. C’est à leur avantage, mais pas à celui de l’autoéditeur. J’ai donc toujours refusé tout ce qui, de près ou de loin, pouvait conférer à Amazon l’exclusivité de mon travail. », tendit que Gisele Foucher souligne que l’auto-édition est moins mise en avant qu’auparavant «  Puis, à mesure que les auteurs et les livres se sont multipliés — et qu’Amazon a commencé à mélanger les auteurs autoédités avec les auteurs édités connus — nous avons été noyés dans la masse. Il est devenu difficile d’apparaître devant des livres publiés en édition classique, d’autant que leur capacité de promotion était largement supérieure à la nôtre, malgré la timide tentative d’Amazon de créer une rubrique spéciale autoéditée. »

Amazon n’a pas le monopole de l’auto-édition, mais un rôle très important et je pense qu’il est difficile de s’en passer. Sans aucun doute que des autrices et auteurs le font néanmoins. Je pense qu’Amazon s’est engouffré dans une brèche qui existe dans le modèle économique actuelle de l’auto-édition et de l’édition. Il existe d’autres plateformes, mais je sais que beaucoup de lecteurs et lectrices ont une kindle juste pour l’auto-édition. En écrivant cet article j’ai découvert d’autres plateformes qui autoédités tel qu’Apple et je n’en avais jamais entendu parlé. Pour la Fnac je m’en doutais un peu, mais sans plus. Amazon par contre, sans avoir cherché à le savoir, ça s’est imposé à moi depuis plusieurs années.

Je ne conclurai pas cet article en amenant à une réflexion sur comment contrer Amazon. Je pense que cela implique des enjeux économiques et sociaux beaucoup trop importants pour que je puisse avoir une réflexion suffisamment aboutie. Faut-il seulement chercher à contrer Amazon ? Peut-on proposer une offre similaire ? Ce sont de vraies questions que je me pose et du coup si tu as des pistes à offrir aux autrices et auteurs autoédités, n’hésitent pas à les partager dans les commentaires ! Je publierai tout au long de la semaine les différents témoignages sur lesquels je me suis basée pour répondre aux questions. Quel que soit ton avis sur Amazon, je te demanderai d’être respectueux et je n’hésiterai pas à supprimer tout commentaire désagréable sur un des témoignages.

Je remercie chaleureusement les autrices et auteurs qui ont pris le temps de témoigner. Pour retrouver leur travail :

Lise Antunes Simoes
– son blog
– ses livres

Gisele Foucher
– son blog
– ses livres

Daniel Ichbiah
– son site
– ses livres

Jupiter Phaeton
– son blog
ses livres

Pour allez plus loin, je te renvoie vers ces liens parlant du statut d’auteur :
– Le rapport racine
Article d’actualitté sur l’auto édition
– Le compte twitter de Samantha Bailly qui regorge de réflexions sur le statut d’auteur et d’autrice, le tout très accessible

Et tu peux lire cet article réaction à mon article d’un point de vue d’un libraire.

23 réflexions sur “Amazon, acteur majeur dans l’auto-édition

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s