Zoom sur Journal d’une princesse, une saga jeunesse qui a su grandir avec ses lectrices

Il y a bien dix ans maintenant, j’étais une lectrice assidue de la série Journal d’une Princesse de Meg Cabot. Au cours de dix tomes destinés à un jeune public, nous suivons le journal intime de Mia, une adolescente qui vient de rentrer au lycée et apprend qu’elle est une princesse. Sur les conseils de sa mère, elle se met à tenir un journal intime qui prend une place très importante dans sa vie et où elle y raconte tout avec beaucoup d’humour. Quand je dis que j’étais une lectrice assidue, c’est des romans que je lisais et relisais encore et encore au point que mes exemplaires étaient abîmés. Cela faisait partie sans aucun doute des romans que j’ai préféré.

LE-JOURNAL-DUNE-PRINCESSE-tomes-1-à-10.jpg

Lire la suite

Booktube – randonnée et littérature

Dans mes projets 2020, j’avais entre autre prévu de me lancer sur booktube. Et… je me suis lancée ! Je suis toute débutante, ma première vidéo est loin d’être fantastique, mais justement, c’est le but. Accepter que tout n’est pas parfait et me lancer. Je vais donc publier une vidéo par mois, ce qui me laisse le temps de m’entraîner et de m’améliorer au cours de l’année. Pour me suivre dans mon aventure, tu peux d’abonner à ma chaîne : le babillage de Babitty !

Si tu as des conseils ou des recommandations, n’hésite pas à les laisser dans les commentaires.

Cold winter challenge, 2019 – 2020

CWCJe ne suis pas une grande adepte des challenges littéraires. Super motivée au début, je finis par laisser tomber en cours de route. Toutefois, j’ai décidé que cette fois-ci de me lancer pleinement dans le Cold Winter Challenge ! Il a été créé par la blogueuse Antonine et repris depuis quelques années par Margaud Liseuse. Le but ? Se créer une jolie pile à lire pour accompagner les mois de décembre et janvier autour de quatre menus proposés. Si tu veux corser un peu le challenge, tu peux le passer en mode tempête en réalisant une ou plusieurs bonnes résolutions ! Étant donné que j’ai déjà tendance à faire ces bonnes résolutions au quotidien, je vais me contenter du mode flocon.

Lire la suite

Zoom sur Mémoires de Lady Trent et l’écriture de l’Histoire à travers son histoire

Mémoire de Lady Trent de Marie Brennan fait partie de ces séries coup de cœur qui tient en quelques mots : aventurière, époque victorienne et dragon. Dès que j’ai vu ces trois éléments ensemble, j’étais en mode : il faut que je lise cette série. Et durant plusieurs années j’ai acheté les tomes les uns après les autres, j’ai fait le deuil de mon premier tome que j’ai prêté et que je ne reverrais probablement jamais et maintenant, au bout du cinquième tome, c’est fini. Enfin jusqu’à ma prochaine relecture ! fellhammer

Comme son titre l’indique, Lady Trent nous raconte ses mémoires. Dans cet univers, Isabelle Trent est une naturaliste spécialisée dans les dragons mondialement connue et qui a bouleversé la vision du monde sur ces créatures. On est dans un univers qui se rapproche énormément du nôtre, si ce n’est qu’il y a des dragons. En tant que naturaliste, Lady Trent a publié de nombreux ouvrages, dont des récits de voyage. Toutefois, maintenant qu’elle a bien vécu sa vie, que le scandale ne l’inquiète plus, elle décide de raconter ses mémoires.

Lire la suite

Beauté fatale à travers trois mangas

220px-Tomie_manga_coverEntre Blanche-Neige et le poème « Mignonne, allons voir si la rose » de Ronsard, on ne peut pas dire que la littérature ne nous avait pas mis en garde sur la beauté ! En une belle-mère qui est prête à tuer pour être la plus belle et un poète qui compare une femme à une rose pour mieux lui dire : hey, bientôt tu seras vieille et flétrie, alors sort avec moi, l’apparence physique des femmes semble être un sujet qui fait parler ! Si je t’ai cité deux œuvres européennes, le sujet intéresse aussi au Japon et notamment dans les mangas. À travers trois séries de mangas plus ou moins longues, je te propose de découvrir comme la beauté peut être fatale en littérature.

Lire la suite

Chair de poule, introduction à la littérature de l’horreur

Que ce soit en forme de romans, nouvelles ou encore films, je suis une grande fan du genre de l’horreur. Cette passion est apparue dès le début de mon adolescence et à très probablement commencé avec ma découverte de la série Chair de Poule. Ces courts romans dont chaque chapitre se conclut sur un retournement de situations ont pour qualité de proposer un récit dynamique, accrocheur et qui initie tout à fait à l’horreur. Mes préférés ? C’était sans aucun doute ceux qui se terminaient mal. Jamais les enfants ne meurent dans les romans Chair de Poule, ni sont torturés à mort ou subissent de terrible sévissent, par contre parfois on abandonne les personnages principaux dans une histoire où ils ne pourraient pas sortir indemne cette fois-ci… La série Chaire de Poule a sans aucun doute déterminé ce que je juge aujourd’hui comme une bonne et une mauvaise œuvre horrifique.

chairedepoule.gif

Lire la suite

Zoom sur True Blood, série fondatrice de la bit lit

La communauté du Sud, connue aussi sous le nom de True Blood, est une saga littéraire en treize tomes et plusieurs nouvelles qui fait partie de ces œuvres fondatrices de la bit lit. Autant Meg Corbyn joue sur le genre pour proposer une œuvre novatrice, autant True Blood incarne l’archétype de ce genre littéraire aussi bien dans ses qualités, que dans ses défauts.

Le pitch est très simple, le sang de synthèse a été inventé, permettant aux vampires de révéler leur existence. Finis d’utiliser les humains comme des repas ambulants ! Maintenant, ce sont des êtres tout à fait civilisés qui vont se contenter de boire du sang de synthèse. Enfin, c’est ce qu’ils veulent faire croire. Cette grande révélation s’est passée plus ou moins bien selon les pays. Aux États-Unis, ils ont été relativement acceptés. Sookie, serveuse télépathe dans un bar dans une petite ville de Louisane, va faire la rencontre de Bill le vampire. Ce dernier va se faire attaquer par des dealers de sang de vampire, elle va lui sauver la vie et… par là se retrouver à être intégré à la communauté des vampires, puis des êtres surnaturels en général.

Lire la suite

Zoom sur… Mélusine, l’évolution d’une BD

clarke-melusine-feuAu tout début du blog, je t’avais parlé du personnage de la fée Mélusine dans la littérature médiévale. Cette comtesse du Poitou a en effet pour particularité de se transformer en femme serpent tous les samedis. Le jour où son mari brise sa promesse, Mélusine s’enfuit en se transformant en dragon. Bon en même temps, elle aurait probablement fini sur le bûcher si elle ne s’était pas enfuie. En France, Mélusine est probablement plus connue sous la forme d’une charmante sorcière rousse. Elle est l’héroïne d’une bande dessinée jeunesse composée de 27 tomes et publiée depuis février 95. En 24 ans, la série a eu l’occasion d’évoluer aussi bien dans la forme, que dans son propos. Clarke le dessinateur est d’ailleurs devenu aussi le scénariste du récit à partir du tome 21.

Lire la suite

De citoyenne à propriété d’un homme, quand la dystopie nous met en garde

 J’ai pris le livre dans mes mains. « C’est un roman. Tu sais que je ne lis pas de romans. » C’était la vérité : après cinq cents pages d’articles de presse par semaine, je n’avais pas le temps pour la fiction.
« Lis au moins la quatrième de couverture. »
Je l’ai fait. « Ça n’arrivera jamais. Jamais. Les femmes ne toléreront jamais ça. »

Vox de Christina Dalcher

1_7Xg8JWDBYnBDXIkPiprZGA

Cela faisait un moment où je voulais écrire un article sur le droit des femmes dans la littérature. Au début j’étais partie dans l’idée de faire un article présentant plusieurs lectures comme je l’ai fait jusque là avec le prélèvement d’organe dans la littérature, la télé-réalité dans la dystopie ou encore les sorcières de Salem dans la littérature. Toutefois, après mes lectures de la Servante Ecarlate de Magareth Artwood et Vox de Christina Dalcher je me suis rendu compte que j’avais bien assez à dire avec ces deux romans. Dans cet article j’ai donc fait le choix de me concentrer sur la thématique : dystopie et femmes qui perdent leurs droits. Avant d’aller plus loin dans cet article, je tiens à t’avertir, je vais révéler des éléments d’intrigues des deux romans. Au fil des deux romans, on découvre par brefs moments comment les femmes ont perdu leurs droits pour arriver à la situation présente du roman. C’est sur ces éléments que je vais concentrer mon article, donc si tu ne veux pas le découvrir je te conseille de revenir une fois que tu auras lu les romans !

Lire la suite

Les sorcières de Salem

Les procès de Salem ça te dit quelque chose ? Ils font partie de ces évènements historiques dont la pop culture s’est emparée de manière plus ou moins proche de la réalité. Dès que l’on parle de sorcière aux États-Unis, ça apparaît. Même dans Harry Potter on en parle ! Il est donc fort probable que tu en aies entendu parler sans connaître l’histoire derrière.

Cet événement a lieu il y a plus de trois siècles dans la petite ville puritaine de Salem. Deux jeunes filles Elizabeth, la fille du pasteur et son amie Abigaïl sont prises de crises d’hystérie. Rapidement, ces crises vont toucher d’autres jeunes filles et peu à peu les accusations de sorcellerie vont porter sur les différents citoyens. Bien entendu, les premières victimes sont trois femmes qui ne sont pas particulièrement bien vues au sein de la petite ville : Sarah Good une mendiante, Sarah Osborne une vieille femme qui n’est pas la vieille dame exemplaire et enfin Tituba, une esclave barbadienne. Même si ces trois femmes sont emprisonnées, les crises continuent et d’autres personnes vont être accusées. Finalement, 150 personnes seront arrêtées, 19 d’entre elles (14 femmes et 5 hommes) sont condamnées à mort. À ce chiffre, il faut rajouter les victimes qui sont mortes en prison. L’État va finalement intervenir et les victimes seront libérées par la suite. On ne sait pas exactement la cause de cet événement. Salem était une colonie américaine qui devait faire face aux rudes hivers, aux attaques des Amérindiens et à tout cela il fallait ajouter une religion puritaine qui dominait les femmes et les réduisait à néant, une fort probable maltraitance infantile, un possible empoisonnement à l’ergot et tout simplement les petites querelles de voisinages.

Lire la suite