Zoom sur Journal d’une princesse, une saga jeunesse qui a su grandir avec ses lectrices

Il y a bien dix ans maintenant, j’étais une lectrice assidue de la série Journal d’une Princesse de Meg Cabot. Au cours de dix tomes destinés à un jeune public, nous suivons le journal intime de Mia, une adolescente qui vient de rentrer au lycée et apprend qu’elle est une princesse. Sur les conseils de sa mère, elle se met à tenir un journal intime qui prend une place très importante dans sa vie et où elle y raconte tout avec beaucoup d’humour. Quand je dis que j’étais une lectrice assidue, c’est des romans que je lisais et relisais encore et encore au point que mes exemplaires étaient abîmés. Cela faisait partie sans aucun doute des romans que j’ai préféré.

LE-JOURNAL-DUNE-PRINCESSE-tomes-1-à-10.jpg

Lire la suite

Zoom sur Mémoires de Lady Trent et l’écriture de l’Histoire à travers son histoire

Mémoire de Lady Trent de Marie Brennan fait partie de ces séries coup de cœur qui tient en quelques mots : aventurière, époque victorienne et dragon. Dès que j’ai vu ces trois éléments ensemble, j’étais en mode : il faut que je lise cette série. Et durant plusieurs années j’ai acheté les tomes les uns après les autres, j’ai fait le deuil de mon premier tome que j’ai prêté et que je ne reverrais probablement jamais et maintenant, au bout du cinquième tome, c’est fini. Enfin jusqu’à ma prochaine relecture ! fellhammer

Comme son titre l’indique, Lady Trent nous raconte ses mémoires. Dans cet univers, Isabelle Trent est une naturaliste spécialisée dans les dragons mondialement connue et qui a bouleversé la vision du monde sur ces créatures. On est dans un univers qui se rapproche énormément du nôtre, si ce n’est qu’il y a des dragons. En tant que naturaliste, Lady Trent a publié de nombreux ouvrages, dont des récits de voyage. Toutefois, maintenant qu’elle a bien vécu sa vie, que le scandale ne l’inquiète plus, elle décide de raconter ses mémoires.

Lire la suite

Zoom sur… Mélusine, l’évolution d’une BD

clarke-melusine-feuAu tout début du blog, je t’avais parlé du personnage de la fée Mélusine dans la littérature médiévale. Cette comtesse du Poitou a en effet pour particularité de se transformer en femme serpent tous les samedis. Le jour où son mari brise sa promesse, Mélusine s’enfuit en se transformant en dragon. Bon en même temps, elle aurait probablement fini sur le bûcher si elle ne s’était pas enfuie. En France, Mélusine est probablement plus connue sous la forme d’une charmante sorcière rousse. Elle est l’héroïne d’une bande dessinée jeunesse composée de 27 tomes et publiée depuis février 95. En 24 ans, la série a eu l’occasion d’évoluer aussi bien dans la forme, que dans son propos. Clarke le dessinateur est d’ailleurs devenu aussi le scénariste du récit à partir du tome 21.

Lire la suite

De citoyenne à propriété d’un homme, quand la dystopie nous met en garde

 J’ai pris le livre dans mes mains. « C’est un roman. Tu sais que je ne lis pas de romans. » C’était la vérité : après cinq cents pages d’articles de presse par semaine, je n’avais pas le temps pour la fiction.
« Lis au moins la quatrième de couverture. »
Je l’ai fait. « Ça n’arrivera jamais. Jamais. Les femmes ne toléreront jamais ça. »

Vox de Christina Dalcher

1_7Xg8JWDBYnBDXIkPiprZGA

Cela faisait un moment où je voulais écrire un article sur le droit des femmes dans la littérature. Au début j’étais partie dans l’idée de faire un article présentant plusieurs lectures comme je l’ai fait jusque là avec le prélèvement d’organe dans la littérature, la télé-réalité dans la dystopie ou encore les sorcières de Salem dans la littérature. Toutefois, après mes lectures de la Servante Ecarlate de Magareth Artwood et Vox de Christina Dalcher je me suis rendu compte que j’avais bien assez à dire avec ces deux romans. Dans cet article j’ai donc fait le choix de me concentrer sur la thématique : dystopie et femmes qui perdent leurs droits. Avant d’aller plus loin dans cet article, je tiens à t’avertir, je vais révéler des éléments d’intrigues des deux romans. Au fil des deux romans, on découvre par brefs moments comment les femmes ont perdu leurs droits pour arriver à la situation présente du roman. C’est sur ces éléments que je vais concentrer mon article, donc si tu ne veux pas le découvrir je te conseille de revenir une fois que tu auras lu les romans !

Lire la suite

Zoom sur… l’horreur chez Shirley Jackson

James-Durbin-production-The-Lottery-Shirley-Jackson-1969

Quand tu comprends que tu es personnage de Shirley Jackson

Dans cette série d’articles je me concentre sur un roman ou bien une saga, mais dans l’article du jour je souhaite te parler de plusieurs textes de Shirley Jackson : Nous avons toujours vécu au château et La loterie et autres contes noirs. Le premier titre est un roman, tendit que le second est un recueil de nouvelles. Bien que nous sommes dans deux formats bien différents, Shirley Jackson aborde l’horreur de la même manière. Dans ces textes tu n’auras pas de fantastiques, ni de tueurs en série et rien qui pourrait te rappeler Stephen King. Dans ces récits l’autrice nous emmène plutôt dans des petites villes de la belle campagne américaine bien tranquille ou bien confortablement chez-soi. C’est en partie pour cette raison que j’ai choisi de ne pas intégrer La maison hantée, les protagonistes du récit se retrouvent dans une maison dite hantée dans le but d’une expérience pour savoir si c’est vraiment ou non le cas. Dans les récits que j’aborde, les personnages sont chez eux, dans leur ville, dans leur quotidien et… l’horreur n’arrive pas besoin d’arrivée. L’horreur est déjà installée et bien présente.
Lire la suite

Les sorcières de Salem

Les procès de Salem ça te dit quelque chose ? Ils font partie de ces évènements historiques dont la pop culture s’est emparée de manière plus ou moins proche de la réalité. Dès que l’on parle de sorcière aux États-Unis, ça apparaît. Même dans Harry Potter on en parle ! Il est donc fort probable que tu en aies entendu parler sans connaître l’histoire derrière.

Cet événement a lieu il y a plus de trois siècles dans la petite ville puritaine de Salem. Deux jeunes filles Elizabeth, la fille du pasteur et son amie Abigaïl sont prises de crises d’hystérie. Rapidement, ces crises vont toucher d’autres jeunes filles et peu à peu les accusations de sorcellerie vont porter sur les différents citoyens. Bien entendu, les premières victimes sont trois femmes qui ne sont pas particulièrement bien vues au sein de la petite ville : Sarah Good une mendiante, Sarah Osborne une vieille femme qui n’est pas la vieille dame exemplaire et enfin Tituba, une esclave barbadienne. Même si ces trois femmes sont emprisonnées, les crises continuent et d’autres personnes vont être accusées. Finalement, 150 personnes seront arrêtées, 19 d’entre elles (14 femmes et 5 hommes) sont condamnées à mort. À ce chiffre, il faut rajouter les victimes qui sont mortes en prison. L’État va finalement intervenir et les victimes seront libérées par la suite. On ne sait pas exactement la cause de cet événement. Salem était une colonie américaine qui devait faire face aux rudes hivers, aux attaques des Amérindiens et à tout cela il fallait ajouter une religion puritaine qui dominait les femmes et les réduisait à néant, une fort probable maltraitance infantile, un possible empoisonnement à l’ergot et tout simplement les petites querelles de voisinages.

Lire la suite

Zoom sur… Meg Corbyn

 

51Et6Z1KOKL._SX311_BO1,204,203,200_Il ne faut jamais juger un livre à sa couverture, JE SAIS, sauf que je le fais. Très souvent. Ce qui fait que cela fait des années que je suis passée à côté de cette saga. Et cela aurait continué… si une amie ne me l’avait pas conseillée. Cette série en cinq tomes a une couverture assez clichée avec une nana plutôt mignonne en premier plan, le regard dans le vague et au fond un décor qui se veut mystérieux. Le tout en noir et blanc avec un titre en rouge sang. En soit je n’ai rien contre cette couverture, mais elle annonçait pour moi le cliché du roman bit lit. Si c’est un genre que j’apprécie pour notamment être un croisement entre la chick lit et l’urban fantasy, c’est à petite dose. Même si j’avoue qu’il y a peu je me suis fait un marathon des derniers tomes de la saga La communauté du sud.

Lire la suite

Zoom sur… le Trilogie du Tearling

tearlingPhénomène littéraire dont je suis totalement passée à côté, j’avais pourtant découvert cette trilogie bien avant que la saga soit connue. Je l’avais emprunté à la bibliothèque peu après sa sortie en France et… je t’avoue n’avoir jamais vraiment dépassé le premier chapitre. Jusqu’à des années plus tard je me retrouve à acheter le premier tome. Je déteste ne pas avoir de lecture sur moi, j’avais oublié ma lecture du moment chez moi, je suis donc allée à la librairie prendre un livre de poche sur la pause midi et ce fut celui-ci ! C’est donc pas le plus grand des hasards que je suis retombée sur cette saga mélangeant avec beaucoup d’intelligence fantasy et dystopie.

Lire la suite

Bilan de juin 2019

Ce mois-ci, j’ai eu l’occasion de lire un peu plus que d’habitude ce qui fait un bilan à rallonge ! De très jolies découvertes, de nombreux coups de cœur et plusieurs livres numériques que je suis bien décidée à ajouter à ma bibliothèque physique !

Romans

Kiki la petite sorcière d’Eiko Kadono

Kiki est une jeune sorcière de 13 ans qui doit partir à l’aventure comme toutes les sorcières avant elle ! Elle va donc embarquer son balai, son meilleur ami Jiji et prendre le cap vers la mer. Elle va découvrir que les sorcières ne sont pas bienvenues partout et qu’il va falloir faire ses preuves. Un roman adorable traitant de nombreux thèmes, comme le passage à l’âge adulte, les traditions qui disparaissent, l’amitié et plein d’autres belles choses. Un roman adorable, rempli de scènes hilarantes et c’est l’un de mes gros coups de cœur littéraires de ce mois-ci !

Lire la suite