Le livre, d’objet de luxe à pile à lire

Quand je suis arrivée dans le monde de l’internet littéraire, j’ai découvert un mot qui sonnait comme le nom d’une association de gangster : PAL. Il s’est révélé que ce n’était pas un mot, mais une abréviation pour désigner Pile A Lire. Lectrices et lecteurs désignent ainsi une pile de livres qu’ils comptent lire ou qu’ils doivent lire. Personnellement, j’appelle ça ma bibliothèque. Cette PAL se transforme parfois en montagne à lire avec des nombres assez impressionnants de 200, 300 livres qui sont en attentes de lectures. J’ai pour ma part un peu moins d’une centaine de livres non lus dans ma bibliothèque et je compte au cours de l’année 2020 descendre en dessous de 50. Et pourtant, je me dis avec une certaine fierté que j’ai néanmoins bien plus de livres que la plupart des grands seigneurs au Moyen-âge, voir que la plupart des monastères à l’époque.

Lire la suite

Ces mots qui font venir sur le blog

J’ai découvert, il n’y a pas très longtemps, que je pouvais voir à partir de quels mots clefs tapés dans un moteur de recherche des lectrices et lecteurs étaient arrivés sur le blog. Alors pour la grosse majorité ce sont des mots inconnus, mais au cours de deux ans et demi d’existence, il commence à avoir une certaine collection. J’ai regroupé les plus amusants.

Orthographe et formulation ont été maintenues telles quelles.

Lire la suite

Les mille et une nuits, entre fascination et enchevêtrement culturel

Si cela fait des années que tu lis, tu as probablement la tête remplie d’histoires, mais est-ce que tu arriverais pour autant à raconter pendant mille et une nuits un récit différent ? Je t’emmène avec moi dans une œuvre littéraire majeure qui a fait pendant des décennies — et aujourd’hui — fait fantasmer l’occident sur les mystères de l’orient. Les milles et une nuits c’est le récit du sultan de Bagdad qui furieux que sa femme le trompe, décida de l’exécuter. Sauf qu’il ne se contenta pas de ça, il épousa chaque jour une nouvelle femme pour mieux l’exécuter le lendemain.

4474487lpw-4513759-article-jpg_3648961_660x281

Lire la suite

Hercule, de héros à… zéro pour Disney

« De zéro en héros, il a grandi
zéro en héros, mais qui l’aurait dit »

hercule

Dans le film Disney, Hercule, fils de Zeus et d’Héra est un bon à rien qui ne maîtrise pas sa force et provoque plus de catastrophes qu’autre chose. Pourtant, au fond il a un bon cœur et quand il va découvrir qu’il est le fils de Zeus, il va faire en sorte de devenir le plus grand héros de la Grèce antique à l’aide du satyre Philoctète. Si Disney est capable de faire de très bonnes adaptions tel que Le Bossu de Notre-Dame, Mulan ou même Cendrillon, ce n’est pas le cas d’Hercule à mon sens. Hercule est le plus grand, le plus fort des héros, mais Disney nous en propose une version aseptisée de ce mythe. D’une brute épaisse aux nombreuses concubines, nous passons à un personnage se rapprochant beaucoup plus du chevalier servant que l’on trouve dans la littérature médiévale. Hercule est aussi connu sous le nom d’Heracles, mais vu que je fais Disney/Mythologie je vais plutôt utiliser le nom d’Hercule.

Lire la suite

Zoom sur… Lolita de Vladimir Nabokov

Moi je m’appelle Lolita
Lo ou bien Lola
Du pareil au même

lolita-1997

Moi… Lolita chantée par Alizée dans les années 2000 est une chanson qui a fait très rapidement partie du top 50 et elle a même été reprise par Julien Doré neuf ans plus tard. Chanson rythmée avec des passages que l’on retient très facilement. Elle raconte l’histoire d’une collégienne qui attire les regards des hommes juste parce que c’est une adolescente. Je me souviendrais toujours de ces mecs beaucoup trop âgés, parfois même avec leurs enfants, qui essayaient de me draguer quand je rentrais du collège. J’aime beaucoup néanmoins cette chanson et j’aime encore plus le roman qui l’a inspiré : Lolita de Valdimir Nobakov.

Lire la suite

Le roman de cape et d’épée

Lors d’une discussion avec ma pote Adèle du blog Une place à soi, j’ai présenté Faustine comme étant le roman de cape et d’épée que j’avais tant attendu et que j’étais vraiment heureuse d’avoir découvert. Et si la notion roman de cape et d’épée lui dit quelque chose, Adèle m’a avoué qu’elle ne connaissait pas vraiment le genre et m’a demandé si je pouvais le présenter sur HNB. Adèle, je te dédie donc cet article !

Le lys noir 1

Le roman de cape et d’épée est un genre littéraire qui emprunte à plusieurs traditions littéraires. Il y a en lui du roman historique, du roman d’aventures et du roman feuilleton. C’est un genre populaire, qui a connu un succès important au dix-neuvième siècle qui est l’époque romantique de la littérature. Si tu te souviens de mon article sur les romans historiques, j’avais expliqué que l’époque romantique est cette période où l’on exprime les émotions et une forme de nostalgie. Donc forcément, des aristocrates qui se battent en duel au nom de la noblesse et de grands idéaux chevaleresques, tout en étant bien habillés et cultivés, cela ne pouvait que plaire aux romantiques. Malgré une production prolifique, le genre est moins présent aujourd’hui. Quand on parle de romans de capes et d’épées, on pensera plutôt aux Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas ou encore Capitaine Fracasse de Théophile Gauthier. Il existe pourtant des romans contemporains de ce genre, mais ils vont plutôt être classés dans la fantasy. Il la série Les larmes du Cardinal de Pierre Pevel ou celle du Lys noir de François Larzem.

Lire la suite

Le Grand Guignol

Grand-Guignol-Paris1947À la fois genre littéraire et lieu culte parisien disparu, le théâtre du Grand Guignol m’a fascinée depuis des années. Pour l’anecdote j’ai découvert son existence, car des filles dans ma classe faisaient un TPE dessus. Le TPE c’est une sorte de méga exposé que tu présentes au bac, moi j’avais fait sur Jack l’Éventreur. (Mais j’aurais voulu le faire sur le Fantôme de l’Opéra, sauf que moi et mon idée avons été en minorités.) Il était donc évident pour moi que je t’en parlerais un jour sur le blog. Il a toutefois fallu que Netlifx sorte un film sur le sujet pour que je me lance. Si tu as un Netflix et que tu as envie de le voir, c’est La femme la plus assassinée au monde. Il n’a rien d’exceptionnel, le scénario est carrément bof, mais une bonne partie du film permet d’avoir une idée de ce qu’était le Grand Guignol. Rien que pour ça, cela vaut le coup d’œil.

Lire la suite

Une brève histoire du manga d’horreur

Cet été je me suis rendu à l’exposition Enfer et Fantômes d’Asie au musée du Quai Branly, elle était passionnante avait le bon goût d’allié deux de mes passions : la mythologie, les légendes et l’horreur. Les livres d’exposition sont passionnants et horriblement cher, celui-ci coûte 45 € pour te donner une idée. Heureusement, ma mère est une très belle personne qui comprend mes messages subliminaux du genre : olala qu’est-ce que j’aimerai avoir ce livre, mais qu’est-ce qu’il est cher quand même… Elle me l’a donc offert pour mon anniversaire. (Pour Noël j’ai refait le coup, mais cette fois-ci avec la campagne Ulule les œuvres de Jane Austen illustrée par Margaux Motin). Pour ce second article sur la thématique d’Haloween, je te propose donc de découvrir l’histoire du manga horreur qui est abordé dans ce livre !

Lire la suite

La dark romance

11895156

Avant d’aller plus loin dans cet article ou tout simplement de filer tout droit dans la section commentaire pour cracher ton venin sur un genre littéraire qui est scandaleux, problématique et qui te fait penser que les personnes l’appréciant ont des problèmes je t’invite à lire deux articles qui expliquent ma démarche : « peut-on aimer une œuvre problématique ? » et « moralité et littérature ». Mon introduction est un peu rude, je le reconnais, mais j’ai lu tant et tant de mépris vis-à-vis de ce genre littéraire. Une amie blogueuse m’a même raconté que des personnes avaient cessé de la suivre quand elles ont vu qu’elle lisait ce genre-là. Je pensais pas qu’il existait un genre encore plus détester que le mommy porn, mais si.

Lire la suite

Le mommy porn

Cela fait un moment que j’avais envie de te parler du mommy porn. Quand j’ai fait des recherches dessus, j’ai découvert un genre littéraire bien plus mal considéré que la chick-lit. Mes sources pour cet article sont au mieux neutres et majoritairement hyper condescendantes. Alors certes, c’est un genre qui est bourré de défauts, mais je ne suis pas certaine qu’il mérite autant de mépris. Dans l’article je parle de lectrice, parce que c’est un genre dédié au public féminin et lu à la majorité par des femmes.

arton95847

Le mommy porn c’est un roman avec une grosse part de romance et quelques scènes érotiques qui restent relativement soft. Comme son nom l’indique, on vise un public féminin que l’on considère avoir l’âge d’être mère. C’est pas forcément bien écrit, le consentement n’est pas toujours respecté et c’est un érotisme très cadré par la société. N’empêche à l’époque cela faisait sa petite révolution, pour la première fois tout le monde parlait d’un roman érotique destinait à un public féminin ! Alors oui, Cinquante Nuances de Grey est bourré de défaut, mais il a eu le mérite de montrer que la littérature érotique pouvait intéresser les femmes et que le sexe tout court peut intéresser les femmes. Il y a une dizaine d’années encore, le sexe était un sujet de mec. Le porno c’était destiné aux mecs. Pour la première fois, publiquement les femmes ont une œuvre érotique qui leur est destinée.

Lire la suite