Les tribulations d’une cuisinière anglaise

Date de publication : 10/02/2013 (édition française) les tribulations d'une cuisinière anglaise.indd
Autrice : Margaret Powell
Genre : Biographie, roman historique
Edition : Payot et Rivages
Formats : relié, poche, e.book

Parfois, avoir envie de lire un livre en particulier peut reposer sur une phrase de marketing. Ici, c’était : le roman qui a inspiré Dowton Abbey. Quand je découvre qu’une série ou un film est adapté d’un film, j’adore aller chercher le livre pour pouvoir le lire. Même si l’on me dit que c’est juste inspiré, j’ai envie d’aller lire le livre ! C’est donc cette habitude de lire les livres qui ont été adaptés qui m’a amenée à lire Les tribulations d’une cuisinière anglaise !

Lire la suite de « Les tribulations d’une cuisinière anglaise »

Du bout des doigts

Date de publication : 4 février 2002
Autrice : Sarah Waters
Genre : Historique, Roman gothique
Edition : 10/18
Format : Poche
Nombre de pages : 749

Quand j’ai vu le film Mademoiselle, je suis tombée amoureuse de ce film. Il était visuellement beau, le scénario est génial et les deux personnages féminins principaux sont à tomber. Sans parler de leur relation qui m’a fait sautiller sur place. Après avoir vu le film, j’ai découvert un peu par hasard qu’il y avait un livre qui avait été écrit ! Je n’étais que joie ! Après tout, le livre est dans 99,999 9 % des cas bien mieux que le film. Sauf exception. Du bout des doigts est l’exception. Le livre n’est pas mauvais, loin de là, mais le film à un moment cesse complètement de respecter le livre. Malheureusement, j’ai dix mille fois préféré le scénario du film. Je pense que ce sont des éléments à prendre en compte en lisant mon avis sur ce livre !

Du bout des doigts raconte l’histoire de Susan, une jeune femme qui vit dans les bas-fonds de Londres. Elle a été adoptée par une « gardeuse d’enfants » dont le mari fait le recèle d’objets volés. Un jour, un homme vient, Gentleman. Il lui propose le coup du siècle. Il lui suffit de jouer les servantes auprès d’une demoiselle très riche, de la pousser dans les bras du ledit gentleman et une fois ce dernier marié, la demoiselle finira dans un asile et hop, ils récupèrent et partagent sa fortune !

Historiquement, le récit est tout simplement génial. On n’a pas du tout une vision romancée de l’époque. Londres est sale, on ne voit jamais le ciel bleu à cause d’un épais nuage de pollution, la Tamise est tout simplement immonde. Les personnages venant des bas-fonds londoniens s’expriment avec un dialecte très particulier. Les traducteurs expliquent qu’ils ont fait comme les traductions de Dickens en français pour ce roman. Selon la classe sociale, chaque personnage a son langage. On entend presque les accents. À travers les personnages, le lecteur découvre les codes sociaux, la vie, les habits, toutes ces petites choses qui rendent le roman plus réaliste ! Néanmoins, ces éléments restent discrets, Sarah Water a réussi à faire en sorte qu’ils sont des éléments narratifs servant le récit.

L’intrigue est ce qui m’a le plus déçue. Si vous avez vu le film Mademoiselle, le film suit l’intrigue du livre jusqu’à la première partie et ensuite dérive complètement. On va de révélation en révélation qui vous fait ouvrir grands les yeux. Durant ma lecture, j’étais en mode : ah oui, quand même. Ce que je reproche, c’est peut-être d’en avoir presque trop. J’ai eu à un moment presque une impression de surenchère. Néanmoins, c’est un récit haletant qui se tient et qui est hyper logique. Le récit est vraiment bien pensé, réfléchi et je pense que si je n’avais pas vu le film, j’aurais adoré.

Vais-je aimer ce livre ?

Si vous aimez lire les romans historiques, je vous le conseille. Je pense que c’est le gros point fort de ce roman. J’ai presque été plus fascinée par l’époque qui était contée dans ce récit que l’intrigue elle-même ! Il faut néanmoins prendre en compte que c’est un livre assez gros. Néanmoins, il y a cet aspect thriller qui fait oublier le nombre de pages.