Mulan, de la balade chinoise au film Disney

giphy

Bien que j’adore Walt Disney, je suis la première à critiquer sa manière de traiter les personnages féminins. Il faut le reconnaître, les princesses Disney ont bien des qualités, mais pendant très longtemps, Disney proposait l’archétype de la femme. Une jolie princesse, qui pouvait faire preuve de bravoure et ténacité, mais pas trop tout de même et surtout qui vivait dans l’attente d’un prince charmant. Ces dernières années, néanmoins la franchise s’est améliorée sur ce sujet, proposant des personnages féminins plus variés. Sauf qu’à tout cela, il y a une exception : Mulan. Pour une fois, Disney a proposé une version beaucoup plus moderne et féministe de ce personnage que la version d’origine.

Lire la suite

Publicités

L’autrice du mois : Samantha Bailly

Dans l’article de ce mois-ci, il n’y aura pas l’entête habituel, il n’y aura plus l’entête habituel. Si j’apprécie de te présenter une autrice tous les mois, je me suis retrouvée enfermée dans le format de l’article. Par exemple, cela fait très longtemps que je veux te parler de l’autrice de ce mois-ci, pourtant je n’ai jamais vraiment lu une de ces œuvres. Donc je ne t’en parlais pas. J’ai aussi envie de parler d’auteurs et je parle bien d’auteur au masculin. Ils n’avaient pas leur place dans cette série d’article. Portrait d’autrices deviendra donc parfois portrait d’auteur et le format ne sera pas toujours le même. Et si mon objectif est toujours de mettre en avant les autrices, je me laisse moins enfermer dans le format. AVT_Samantha-Bailly_9626

Samantha Bailly est une autrice pour qui j’ai beaucoup d’admiration et en même temps, qui m’a fait comprendre que mon rêve d’écrivain, je devais le remiser au placard. C’est un peu contradictoire d’admirer une personne qui brise notre rêve. C’est avec elle que j’ai découvert pour la première fois la réalité du métier d’auteur, d’autrice. Pour moi, grande naïve que j’étais, l’écrivaine, l’écrivain, avait un lien particulier avec la maison d’édition, gagner régulièrement des sous pouvait facilement dédier sa vie à l’écriture après un premier livre et puis… avait une vie plutôt cool. C’est la première qui m’a fait comprendre qu’être auteur, autrice, c’était accepter d’avoir un statut hyper précaire. Et là j’ai dit : nop, nop, nop, c’est pas pour moi. Comme quoi mon rêve n’était pas du tout sérieux, parce que je ne suis pas prête à accéder les difficultés de cet emploi.

Lire la suite