All we need is love

all-we-need-is-love-1-taifuDate de publication : 08/09/16
Autrice : AMANO Shuninta
Genre : Manga, LGBT
Edition : Taifu Comics
Format : Manga
Nombre de pages : 180

All we need is love c’est un super titre des Beatles et c’est aussi une super trilogie de yuri ! Ce mois-ci pour le défi de littérature LGBTAIQ, j’ai voulu vous présenter l’une de mes séries de mangas préférées. Vous avez peut-être déjà entendu parler de yaoi. Des mangas racontant des histoires d’amour entre deux hommes. Le yuri c’est le pendant féminin de ce genre. Malheureusement, les histoires lesbiennes ont bien plus de mal à trouver un public et il y a peu de mangas de ce genre édité en France.

Lire la suite

Publicités

L’autrice du mois : Ito Ogawa

Dans cette série d’articles, je vous présenterai les autrices que j’apprécie. Je ne présente pas leur vie, ce n’est pas ce qui m’intéresse en tant que lectrice. Je vous raconte le rapport que j’ai avec leurs livres, leur écriture et pourquoi leur nom pop dans ma tête quand je pense à un genre en particulier. Pourquoi juste des femmes et pas des hommes ? Tout simplement parce qu’aujourd’hui encore les femmes sont moins reconnues, même dans le monde de la littérature, parce que souvent on juge ce qu’elles écrivent moins bon et enfin parce que mis à part quelques exceptions on cite plus souvent les hommes que les femmes. Pourtant elles sont bien là.

ito_ogawa_ce_soir_a_la_librairie_lettres_et_merveilles_4319

J’ai découvert la littérature japonaise à travers les mangas. Pendant très longtemps, je ne suis pas restée très originale dans mes lectures, je ne lisais que des auteurs japonais très connus et c’est tout. Toutefois, depuis quelques années, je me suis passionnée pour la littérature asiatique. Depuis je suis sans cesse à la recherche de nouveaux romans asiatiques. Je vous avais par exemple parlé de littérature indienne avec Babyji. Ce fut ainsi que j’ai découvert Ito Ogawa. Ce nom vous dit peut-être quelque chose, j’ai parlé d’elle plus tôt ce mois-ci, pour être exacte de son roman le Jardin-en-Ciel. Elle fait partie de mes autrices préférées et il était temps que je vous parle d’elle !

Lire la suite

Le jardin arc-en-ciel

51zDfmqAukL._SX210_Date de publication : 02/02/17
Autrice : Ito Ogawa
Genre : Roman de vie, LGBT
Edition : Philippe Picquier
Formats : Broché, poche, ebook
Nombre de pages : 272 (broché)

Et le défi de littérature LGBTAIQ continue aujourd’hui avec un livre très spécial. Il a été écrit par une de mes autrices préférées dont je vous parlerai plus tard sur le blog. J’ai eu énormément de mal à me le procurer. J’ai dû attendre plusieurs mois avant de réussir à l’emprunter à la bibliothèque. Mais j’ai continué à surveiller et j’ai bien fait, car il est merveilleux. Aujourd’hui je vous propose d’aller à la rencontre d’une famille comme les autres vivant dans une maison Arc-en-Ciel.

Lire la suite

La Belle contre l’Angelet

Date de publication : 14/04/2017 couv-web
Autrice : Barbara Cordier
Genre : Réécriture conte
Edition : Edition Luciférine
Format : Poche
Nombre de pages : 168 pages

Ce livre est très particulier sur deux points. Déjà quand je l’ai lu je ne m’attendais absolument pas à tomber sur des personnages LGBT, donc j’étais contente à la fin de ma lecture de pouvoir vous le présenter dans le cadre de mon challenge. Il est vraiment différent de mes autres lectures du challenge. Le second point, c’est que pour une fois j’ai emprunté ce livre à ma Queen Mum. D’habitude, c’est plutôt moi qui lui prête et lui conseille des livres. Elle l’avait acheté au festival médiéval de Provins. Après de trop nombreuses déceptions, je n’achète plus de livre directement à un auteur. Mais je vous en parlerai dans un autre article ! Fille indigne que je suis et bien trop curieuse, je lui ai emprunté avant qu’elle l’ait lu.

Lire la suite

Le mari de mon frère

Date de publication : 08/09/16mari-frere-1
Auteur : Gengoroh Tagame
Genre : Manga, LGBT
Edition : Akata
Format : Manga
Nombre de pages : 200

Je continue mon défi sur la littérature LGBTAIQ et ce mois-ci je vous propose de découvrir une série de mangas toute mignonne et tellement parfaite : Le mari de mon frère. Je n’ai jamais parlé de manga jusque là sur HNB, pourtant je les adore ! Tous les mois, une grosse partie de mon budget littéraire part dans les mangas. Normalement, je vous parle uniquement du premier tome dans le cadre d’une série. Pour les mangas, je trouve que je peux vraiment juger qu’à partir du second tome. Je vais donc parler des trois tomes qui sont sortis en France, tout en faisant attention de ne pas vous spoiler le récit.

Lire la suite

Babyji

Date de publication : 01/03/0751axPrfmtSL
Autrice : Abha Dawesar
Genre : Littérature indienne, LGBT
Edition : Héloïse d’Ormesson
Formats : Broché, poche
Nombre de pages : 446 pages (broché)

Je continue le challenge de littérature LGBTAIQ avec un roman indien ! Le mois dernier je vous ai présenté Celle dont j’ai toujours rêvé avec une héroïne transgenre. Cette fois-ci, j’ai fait la connaissance de Babyji, une héroïne bisexuelle. Avant d’aller plus loin dans ma critique, je tiens à vous avertir que dans ce roman il y a plusieurs scènes de violences sexuelles et de viols. Si vous n’aimez pas ce genre de scène, je vous déconseille très fortement ce roman. Je suis néanmoins ravie d’avoir lu ce roman. Il faisait partie des romans que j’ai choisis parce qu’il portait le tag homosexuel sur Babelio. Au passage, je tiens à préciser que les personnages sont soit hétérosexuels soit bisexuels dans ce roman. Le tag indiqué n’est donc pas correct.

Lire la suite

Celle dont j’ai toujours rêvé

Date de publication : 02/02/17CVT_Celle-Dont-JAi-Toujours-Reve_5643
Autrice : Meredith Russo
Genre : Jeunesse, LGBT
Edition : Pocket jeunesse
Formats : Broché, ebook
Nombre de pages : 311

Ce roman me faisait de l’œil depuis un moment. Je n’avais jamais lu un roman avec une héroïne trans. J’avais lu les deux premiers chapitres par le biais d’une pub et je n’ai pas vraiment poussé plus loin finalement, car je n’avais pas accroché. Dans un article précédent, je vous parlais de ma participation au challenge de littérature de LGBTAIQ. Je me suis donc dit qu’il serait sympa de donner sa chance à ce roman dans le cadre de ce challenge et je me rends compte que j’ai eu tout à fait raison. Ce ne fut pas un coup de cœur, mais c’était sans conteste une très belle lecture.

Lire la suite

Challenge littérature LGBTAIQ

Aujourd’hui c’est la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. C’est une lutte qui me tient particulièrement à cœur. En tant que lesbienne, j’ai énormément de mal à réussir à me retrouver dans les relations de la plupart des romans. Je trouverais ça mignon et tendre, j’aimerai vivre la même chose. Cependant, la plupart du temps je ressens quand même un décalage. Du coup je suis plus que ravie quand je peux tomber sur un livre avec un couple lesbien. Le must c’est quand elles se mettent en couple, là je sors les confettis, je hurle au monde entier : ELLES SONT EN COUUUUUPLES et je fais une danse de la joie. Pour une fois je m’y retrouve dans une relation amoureuse et j’en suis tellement heureuse.

Aujourd’hui débute pour la troisième fois la challenge annuel de littérature LGBT sur livraddict. Du coup je vais essayer d’avoir au minimum un livre sur ce thème par mois. L’année dernière j’ai eu la chance de faire la connaissance de plusieurs personnages LGBT par hasard. J’ai déjà en tête un roman et trois séries de mangas. Dont deux qui me tiennent particulièrement à cœur, j’ai hâte de vous les présenter !

Si vous-même vous participez à ce challenge ou que vous avez des lectures LGBT à suggérer partagez le en commentaire ! Je serais ravie d’en discuter avec vous !

Du bout des doigts

Date de publication : 4 février 2002
Autrice : Sarah Waters
Genre : Historique, Roman gothique
Edition : 10/18
Format : Poche
Nombre de pages : 749

Quand j’ai vu le film Mademoiselle, je suis tombée amoureuse de ce film. Il était visuellement beau, le scénario est génial et les deux personnages féminins principaux sont à tomber. Sans parler de leur relation qui m’a fait sautiller sur place. Après avoir vu le film, j’ai découvert un peu par hasard qu’il y avait un livre qui avait été écrit ! Je n’étais que joie ! Après tout, le livre est dans 99,999 9 % des cas bien mieux que le film. Sauf exception. Du bout des doigts est l’exception. Le livre n’est pas mauvais, loin de là, mais le film à un moment cesse complètement de respecter le livre. Malheureusement, j’ai dix mille fois préféré le scénario du film. Je pense que ce sont des éléments à prendre en compte en lisant mon avis sur ce livre !

Du bout des doigts raconte l’histoire de Susan, une jeune femme qui vit dans les bas-fonds de Londres. Elle a été adoptée par une « gardeuse d’enfants » dont le mari fait le recèle d’objets volés. Un jour, un homme vient, Gentleman. Il lui propose le coup du siècle. Il lui suffit de jouer les servantes auprès d’une demoiselle très riche, de la pousser dans les bras du ledit gentleman et une fois ce dernier marié, la demoiselle finira dans un asile et hop, ils récupèrent et partagent sa fortune !

Historiquement, le récit est tout simplement génial. On n’a pas du tout une vision romancée de l’époque. Londres est sale, on ne voit jamais le ciel bleu à cause d’un épais nuage de pollution, la Tamise est tout simplement immonde. Les personnages venant des bas-fonds londoniens s’expriment avec un dialecte très particulier. Les traducteurs expliquent qu’ils ont fait comme les traductions de Dickens en français pour ce roman. Selon la classe sociale, chaque personnage a son langage. On entend presque les accents. À travers les personnages, le lecteur découvre les codes sociaux, la vie, les habits, toutes ces petites choses qui rendent le roman plus réaliste ! Néanmoins, ces éléments restent discrets, Sarah Water a réussi à faire en sorte qu’ils sont des éléments narratifs servant le récit.

L’intrigue est ce qui m’a le plus déçue. Si vous avez vu le film Mademoiselle, le film suit l’intrigue du livre jusqu’à la première partie et ensuite dérive complètement. On va de révélation en révélation qui vous fait ouvrir grands les yeux. Durant ma lecture, j’étais en mode : ah oui, quand même. Ce que je reproche, c’est peut-être d’en avoir presque trop. J’ai eu à un moment presque une impression de surenchère. Néanmoins, c’est un récit haletant qui se tient et qui est hyper logique. Le récit est vraiment bien pensé, réfléchi et je pense que si je n’avais pas vu le film, j’aurais adoré.

Vais-je aimer ce livre ?

Si vous aimez lire les romans historiques, je vous le conseille. Je pense que c’est le gros point fort de ce roman. J’ai presque été plus fascinée par l’époque qui était contée dans ce récit que l’intrigue elle-même ! Il faut néanmoins prendre en compte que c’est un livre assez gros. Néanmoins, il y a cet aspect thriller qui fait oublier le nombre de pages.